Accéder au contenu principal
Finance/Golfe

Forte baisse pour les bourses de Dubaï et d’Abou Dhabi

Des investisseurs attendent l’ouverture de la bourse de Dubaï, le 30 novembre 2009.
Des investisseurs attendent l’ouverture de la bourse de Dubaï, le 30 novembre 2009. Reuters/Ahmed Jadallah

Au premier jour ouvrable des marchés financiers après l’annonce de la quasi-faillite de Dubaï World, Les bourses s'écroulent aux Emirats arabes Unis. Dubaï a terminé à -7,3%, Abou Dhabi à -8,3%. Mais Abu Dhabi ne manque pas de soutien. Un soutien sous condition.

Publicité

Dubaï World est au bord de la faillite. Le plus grand conglomérat de l'Emirat ne peut plus payer ses dettes. Mais les autorités de Dubaï refusent de l'aider. « Même si c'est une entreprise publique, elle a des activités très différentes et est exposée à toutes sortes de risques », explique ce lundi un responsable du ministère des Finances.

Les banques qui ont prêté de l'argent à Dubaï World, notamment pour ses projets immobiliers, devront donc attendre pour être remboursées. Mais pour éviter une réaction en chaine et une faillite pure et simple de l'émirat de Dubaï, l'Etat fédéral est intervenu. La banque centrale a annoncé le 29 novembre, qu'elle mettait à disposition des banques des liquidités supplémentaires, une déclaration visant surtout à rassurer les investisseurs.

L'émirat voisin d'Abu Dhabi s'est également dit prêt à soutenir Dubaï. Il en a les moyens, puisqu'il dispose d'immenses recettes pétrolières. Pas question toutefois de signer un chèque en blanc. Abu Dhabi devrait faire le ménage dans les investissements parfois insensés réalisés par Dubaï, qui ont fait de l'Emirat le plus grand chantier au monde. Un chantier désormais à l'arrêt à cause de l'éclatement de la bulle immobilière.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.