Accéder au contenu principal
Humanitaire/Tamouls

Le Sri Lanka libère des milliers de déplacés tamouls

Des déplacés quittant les camps où ils vivaient depuis des mois.
Des déplacés quittant les camps où ils vivaient depuis des mois. AFP

Le Sri Lanka a ouvert ses camps de réfugiés au nord de Colombo. Environ 128 000 personnes y étaient parquées depuis des mois. Ces civiles avaient été déplacés suite au long conflit entre l’armée gouvernementale et la guérilla tamoule qui a pris fin en mai 2009.

Publicité

Issus pour la plupart de la minorité tamoule, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants ont obtenu l’autorisation de quitter les centres de réfugiés, situés à 260 kilomètres au nord de la capitale Colombo. Des bus ont été mis à leur disposition pour qu’ils puissent rejoindre Vavuniya, la ville principale du district.

A la mi-journée ce mardi, près de 5 700 déplacés ont ainsi été libérés.

Gordon Weiss

En une demi-journée, mardi 1er décembre, 5 700 personnes ont déjà été libérées. Selon Gordon Weiss, porte-parole de l’ONU à Colombo, « tout semble se dérouler à peu près normalement. »

Toutefois, tous les déplacés ne pourront pas rentrer chez eux dans l'immédiat. « Parce qu’ils viennent de régions minées et que leur maison a été détruite, explique le porte-parole. Ce problème des mines va d’ailleurs perdurer au Sri Lanka ». Mais le gouvernement a promis une fermeture définitive des camps d’ici janvier 2010.

Sous la pression internationale, le Sri Lanka avait annoncé l’ouverture des centres de réfugiés le 21 novembre dernier. Les Nations unies et des associations de défense des droits de l’homme avaient, à maintes reprises, dénoncé les conditions de vie dans les baraquements. Trois familles se partageaient souvent une petite tente faite pour six personnes et de nombreux abris avaient été inondés lors de la mousson.

Selon le gouvernement, les civils étaient parqués dans ces camps le temps qu'il vérifie qu'aucun rebelle ne se cachait parmi les réfugiés et qu'il désamorce les mines encore éparpillées dans les villages.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.