Accéder au contenu principal
Tchad/Centrafrique/Enlèvement

Les otages français menacés de mort

C'est en Centrafrique que les deux humanitaires français de l'ONG Triangle ont été enlevés. L'employé du CICR a lui été enlevé au Tchad, près de la frontière avec le Soudan.
C'est en Centrafrique que les deux humanitaires français de l'ONG Triangle ont été enlevés. L'employé du CICR a lui été enlevé au Tchad, près de la frontière avec le Soudan. Latifa Mouaoued/RFI

Le groupe qui revendique l'enlèvement de trois humanitaires français au Tchad et en Centrafrique menace de tuer ses otages si Paris ne négocie pas directement avec lui. Les preneurs d'otages, qui disent appartenir au groupe des Faucons libres de l'Afrique, sont entrés en contact avec RFI pour faire valoir leurs revendications. Ils revendiquent le rapt d'un employé français de la Croix-Rouge internationale enlevé il y a trois semaines dans l'est du Tchad ainsi que celui de deux humanitaires français de l'ONG Triangle GH, kidnappés eux le 22 novembre à Birao.

Publicité

« Nous ne voulons pas d'argent. Nous voulons négocier avec Paris et si la France refuse nous tuerons les otages » martèle en arabe l'homme qui se présente comme le porte-parole des Faucons libres de l'Afrique. Il déclare également que pour l'instant les autorités françaises n'ont pas ouvert de discussions car elles sont abusées par le Tchad qui prétend être arrivé à une solution sur le paiement d'une rançon.

Les revendications des ravisseurs sont encore très floues, et à Paris on ne croit toujours pas à la piste politique. Sous couvert d'anonymat, une source diplomatique assure que, selon elle, il n'y a pas de doute ces enlèvements sont purement crapuleux. Même son de cloche à Ndjamena, où une source sécuritaire ne croit pas à l'implication du voisin soudanais dans l'affaire. « Ce sont des bandits de grand chemin mais rassurez-vous l'employé du CICR enlevé dans l'est du Tchad, ne sera pas exécuté et sera même libéré très vite » affirme ce contact.

Au sein la communauté humanitaire et chez certaines sources sécuritaires, on est moins confiant et on s'interroge beaucoup. Selon elles, la piste du banditisme sans arrière-pensée politique est peut être un peu courte. Il est vrai que le très large rayon d'actions des preneurs d'otages, le fait qu'ils visent spécifiquement des Français et qu'ils prennent contact avec les médias, ne correspond pas vraiment aux habitudes des coupeurs de route qui circulent dans la région.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.