Accéder au contenu principal
Comores / Yémen

Accident de la Yemenia : la commission d'enquête désavouée

Débarquement, à Moroni le 14 septembre 2009, de conteneurs où se trouvent les restes humains de 59 des 152 victimes du crash de l'Airbus A-310 de la Yemenia.
Débarquement, à Moroni le 14 septembre 2009, de conteneurs où se trouvent les restes humains de 59 des 152 victimes du crash de l'Airbus A-310 de la Yemenia. (Photo : AFP)

Le gouvernement comorien vient de désavouer la commission d'enquête française sur le crash de l’avion de la compagnie Yemenia, le 30 juin dernier. L'accident avait fait 152 victimes et selon la commission d'enquête, celui-ci était dû à une erreur humaine. La compagnie yéménite contestait ces résultats. Selon elle, l'airbus A 310 avait explosé en vol. Le gouvernement des Comores vient donc de se ranger du côté de la Yemenia.

Publicité

Selon les régions du monde, c'est très fréquent...

Est-il fréquent que l'on conteste les résultats d'une commission d'enquête ? Explications de Jean-Pierre OTELLI, pilote et auteur de nombreux ouvrages sur les questions aéronautiques.

Les autorités comoriennes sont mécontentes du communiqué de presse de la commission d’enquête, publié il y a une semaine, et qui s’oriente vers l’erreur humaine comme cause de l’accident.

Dans un communiqué du ministère comorien des Transports, on laisse entendre qu'il y aurait eu désobéissance de la commission d’enquête dirigée par un inspecteur comorien. Selon le gouvernement, la commission ne devait pas publier de communiqué de presse, étant donné que le Yémen exige une relecture des enregistreurs de vol. La commission d’enquête avait annoncé que, à ce stade de l’enquête, aucune trace d’explosion n’était décelée, une phrase qui a provoqué la colère des Yéménites qui privilégient toujours à la thèse du missile qui aurait frappé leur airbus.

Le gouvernement comorien cède donc à la pression des autorités yéménites alors que certaines données des boîtes noires ne sont pas encore décryptées. Dans les milieux de l’enquête on parle d’une probable révocation de l’enquêteur principal.

Aucune commission d'enquête n'est fiable à 100% mais nous avons aujourd'hui des moyens extrêmement modernes, à travers les deux boîtes noires...

Est ce qu'il arrive qu'une commission d'enquête se trompe dans ses analyses ?

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.