Accéder au contenu principal
Niger / Uranium

Areva : Greenpeace pointe des risques de contamination radioactive

Un employé de la mine d'uranium à ciel ouvert exploitée par Areva dans le désert de l'Aïr au Niger.
Un employé de la mine d'uranium à ciel ouvert exploitée par Areva dans le désert de l'Aïr au Niger. (Photo : AFP)

Greenpeace vient de publier un rapport sur les mines d’uranium du nord du Niger. Une équipe de cette organisation s’est rendue du 1er au 9 novembre 2009 dans ces mines exploitées par le groupe français Areva. Le rapport de Greenpeace évoque d’importants risques de contamination radioactive pour les populations locales.

Publicité

L'association de défense de l'environnement Greenpeace relève des niveaux élevés de radiation dans les rues d’Akokan à l’ouest d’Arlit. « Les enfants qui jouent dans ces rues, explique le rapport, sont exposés à des risques inacceptables des rayonnements radioactifs.» A certains endroits de cette cité minière du Niger, la dose de radiation au niveau du sol est 500 fois plus élevée que le niveau naturel constate Greenpeace. « Même les passants peuvent être exposés gravement » note le mouvement écologiste. 

Ces rayonnements proviendraient des roches radioactives utilisées pour remblayer les routes. Greenpeace, qui recommande « une action immédiate pour protéger la population», affirme n’avoir pas pu se déplacer librement autour de la zone des mines en raison des restrictions imposées par les autorités locales.

Joint par RFI, Areva s’est dit « surpris par le résultat de ce rapport ». Le groupe soutient que «les emplacements identifiés comme radioactifs ne comportent pas un risque de problème de santé majeur.» Areva rappelle qu'un plan de décontamination est en route depuis 2007 sous le contrôle des autorités administratives.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.