Accéder au contenu principal
Philippines

Massacre de Mindanao : plus d’un millier de policiers relevés de leurs fonctions

Scene of the murders in Maguindanao
Scene of the murders in Maguindanao Reuters

Une semaine après le massacre d’au moins cinquante-sept personnes dans un village sur l’île de Mindanao dans le sud de l’archipel, les autorités procèdent au remplacement de quelque 1 092 policiers. Ce  massacre, dont la responsabilité est imputée aux élus locaux, avec la complicité supposée de policiers, visait à empêcher un rival de se présenter à une élection, au poste de gouverneur, prévue l’an prochain.

Publicité

Le ministère de l’Intérieur continue ce qui s’apparente à un coup de balai dans la province de Mindanao, où a eu lieu ce massacre, dont les bourreaux seraient les élus locaux. Dans ce nettoyage, la police est un échelon stratégique, car ses chefs sont justement nommés par les élus. Dans ce cas, le chef de la police provinciale est même soupçonné d’être directement impliqué dans le massacre. Il est en ce moment, détenu à Manille.

Des témoins ont également expliqué que les policiers des villes voisines avaient couvert les criminels par des barrages. Ce sont donc tous ces policiers qui sont aujourd’hui relevés de leurs fonctions.

En tout, cinq membres de ce clan des Ampatuan, dont trois maires et maires-adjoints, sont aujourd’hui inculpés dans l’enquête. Le ministre de l’Intérieur a demandé ce mercredi des comptes au gouverneur de la région, qui est également un membre de cette famille. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.