Accéder au contenu principal
Afghanistan / OTAN

L'Alliance atlantique discute des renforts à envoyer en Afghanistan

Siège de l'OTAN à Bruxelles.
Siège de l'OTAN à Bruxelles. Nato.int

Vingt-quatre heures après le discours de Barack Obama sur l'Afghanistan, les ministres des Affaires étrangères des pays membres de l'OTAN se retrouvent jeudi et vendredi au siège de l'Alliance à Bruxelles pour une réunion prévue de longue date.La stratégie pour la mission que mène l'Otan en Afghanistan sera au centre des débats, en particulier la question des renforts que les Américains espèrent voir envoyés par leurs alliés européens.

Publicité

Avec notre correspondant à Bruxelles, Pierre Benazet

Si tous les pays européens ont salué les renforts annoncés par le président des Etats-Unis, très peu nombreux sont en revanche ceux qui ont déjà annoncé leur intention de suivre le mouvement. Sur les 5000 soldats supplémentaires escomptés par le secrétaire général de l’OTAN, figurent des Britanniques et des Slovaques et très probablement des Polonais et des Espagnols. Une bonne partie des renforts pourraient cependant provenir de pays non européens, non membres de l’OTAN, comme la Corée du Sud ou la Géorgie.

Lors d’une rencontre mercredi à Bruxelles, l’envoyé spécial américain pour l’Afghanistan et le Pakistan, Richard Holbrooke a exhorté les Européens à maintenir leur effort. « Nous voulons mobiliser la reconnaissance internationale d’un simple état de fait, celui que tous les pays présents à cette rencontre sont également menacés par al-Qaïda et d’autres extrémistes. Nous sommes tous des cibles et le président est en train d’augmenter les ressources que nous mettons dans cet effort. C’est un effort commun, nous faisons face à la même menace et personne ne doit douter de notre résolution. Mais je dois dire qu’il faut aussi bien agir aussi bien au plan militaire que civil

Les Etats-Unis souhaitent au total 10 000 soldats supplémentaires mais plusieurs pays dont la France, l’Allemagne et les Pays-Bas affirment attendre la réunion sur l’Afghanistan, le 28 janvier 2010 à Londres pour décider de renforts éventuels. Ils semblent d'ailleurs pour l’instant préférer envoyer des officiers former les forces afghanes.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.