Accéder au contenu principal
Pakistan / Afghanistan

La stratégie de Barack Obama pour l'Afghanistan accueillie avec réserve au Pakistan

Hamid Karzaï (g) accueille le président pakistanais Asif Ali Zardari (d) à Kaboul, le 18 novembre 2009.
Hamid Karzaï (g) accueille le président pakistanais Asif Ali Zardari (d) à Kaboul, le 18 novembre 2009. Reuters / Musadeq Sadeq

Les réactions à la nouvelle stratégie américaine pour l’Afghanistan et le Pakistan se multiplient depuis le discours de Barack Obama mardi soir. Au Pakistan, l’accueil a été mitigé. Les autorités craignent que les renforts annoncés poussent de plus en plus de combattants islamistes à franchir la frontière, dans les zones tribales à la frontière entre l’Afghanistan et le Pakistan.

Publicité

Avec notre correspondante à Islamabad, Nadia Blétry

Des réactions en demi-teinte à Islamabad. Le ministère des Affaires étrangères s’est certes félicité que les Etats-Unis aient réitéré leur volonté de travailler en étroite collaboration avec le Pakistan, leur allié dans la lutte contre le terrorisme depuis fin 2001. Mais les autorités ont également précisé « que les deux pays devaient collaborer et veiller à ce que la nouvelle stratégie américaine n'engendre pas d'effets négatifs pour le Pakistan ».

Pas un mot d’Islamabad, en revanche, sur la décision de Barack Obama d’envoyer 30 000 soldats supplémentaires en Afghanistan. Il faut dire qu’une grande partie de l’opinion pakistanaise considère les soldats américains en Afghanistan comme une armée d’occupation. Le Pakistan redoute par ailleurs que l’envoi de soldats supplémentaires de l’autre côté de la frontière ne pousse les talibans afghans à se réfugier au Pakistan et à déstabiliser encore davantage le pays.

La population concède un point positif à cette nouvelle stratégie de Barack Obama : l’annonce d’un retrait progressif des troupes à partir de juillet 2011. Il est malgré tout peu probable que cette annonce suffise à atténuer le sentiment anti-américain qui n’a jamais été aussi fort qu’aujourd’hui au Pakistan.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.