Accéder au contenu principal
Guinée

Moussa Dadis Camara hospitalisé au Maroc dans un état grave

Moussa Dadis Camara et son aide de camp Aboubacar Sidiki Diakité dit Toumba, le 7 octobre 2009.
Moussa Dadis Camara et son aide de camp Aboubacar Sidiki Diakité dit Toumba, le 7 octobre 2009. AFP/Seyllou

Le capitaine Moussa Dadis Camara, hospitalisé ce vendredi à Rabat, est dans un état grave, après la tentative de meurtre dont il a été la cible jeudi soir. Son aide de camp, le lieutenant Aboubacar Sidiki Diakité, dit « Toumba », qui lui a tiré dessus jeudi soir, est toujours en fuite.

Publicité

Le chef de la junte guinéenne est dans un état « difficile, mais pas désespéré », a déclaré vendredi soir le président burkinabè, Blaise Compaoré, médiateur dans la crise. «Je crois qu’il va subir probablement une opération parce qu’il a reçu effectivement des balles et cela nécessite des opérations», a ajouté le chef d’Etat burkinabé. Le capitaine Moussa Dadis Camara avait été admis dans l’après-midi à l'hôpital militaire de Rabat, après avoir été transporté par avion de Conakry. Un médecin sénégalais l'a accompagné.

La grande question est de savoir quel est l'état de santé exact du chef de la junte. Selon son conseiller en communication Idrissa Chérif, «il va bien, il parle et il marche normalement». Les Guinéens ont même refusé l'avion médicalisé fourni par le Sénégal, au profit d'un avion classique affrété par le médiateur burkinabè Blaise Compaoré. Cependant, si Dadis Camara se porte bien, on peut se demander pourquoi les Guinéens refusent l'avion médicalisé du Sénégal mais acceptent le médecin mis à disposition par Dakar. De plus, s'il n'a eu qu'une éraflure à la tête, pourquoi n'a-t-il fait aucune déclaration publique depuis les évènements de jeudi ?

Personne, en effet, ne semble avoir pu lui parler. Enfin, si Dadis Camara n'est que légèrement atteint, pourquoi n'est-il pas allé se faire soigner à l'hôpital Donka, à Conakry, comme les centaines de manifestants blessés par balles lors des événements du 28 septembre dernier. Bref, pour l'heure, la thèse officielle ne dissipe pas les zones d'ombre concernant l'état de santé du numéro de la junte guinéenne.

En attendant, à Conakry, le pouvoir n'a pas perdu de temps. Le numéro trois de la junte, le général Sekouba Konaté, doit rentrer de voyage dans la soirée. Actuellement, la junte et l'état-major affirment que «la situation est normale». L’armée et la gendarmerie sont à la poursuite du lieutenant «Toumba», l'aide camp de Dadis Camara et chef de la garde présidentielle. Plusieurs proches de Toumba Diakité ont été arrêtés. Les deux camps occupés par la garde présidentielle - laquelle dépendait directement du chef de la junte et de son aide de camp - seraient actuellement sous le contrôle de l'armée, d'après un membre de l'état-major guinéen.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.