Accéder au contenu principal
RDC

Des commandos envoyés en renfort dans la région de l'Equateur

AFP/Lionel Healing

Des commandos de l'armée congolaise ont été envoyés dans la région de Dongo, dans la province de l'Equateur au nord-ouest du pays pour tenter de mettre fin aux violences qui ont éclaté fin octobre. Cette unité doit renforcer les quelque 1 000 hommes de la police et 500 soldats des forces armées déjà envoyés dans la région de Gemena, située à 350 km de Mbandaka, capitale de la province.

Publicité

Des militaires et sans doute des policiers se sont livrés, ces derniers jours, à des pillages dans les localités de Kungu et de Bozene ils avaient été déployés le mois dernier.

Les populations ont fui en brousse pour se mettre à l’ abri. C'est ce qu'indiquaient lundi soir plusieurs élus de l'Equateur. Ces troupes avaient reçu l'ordre de rentrer à Gemena-ville située à plus de 150 km de Dongo. Elles devraient en principe être remplacées par un commando de 600 hommes arrivés dimanche à Gemena.

Ces nouvelles troupes transférées du Maniema, province de l'est du pays, ont été formées par une soixantaine d'instructeurs belges.

Gemena, qui abrite plus de 300 000 habitants, a vécu hier un début de panique. Des rumeurs annonçant la progression des insurgés de Dongo et le départ des familles de certaines autorités de la ville ont poussé des résidents à plier bagages.

Sur le terrain, la situation reste toujours confuse. L’affrontement entre tribus rivales pour le partage d'étangs poissonneux s'est transformé en moins de deux mois en une insurrection dont les objectifs ne sont pas toujours clairs. Un groupe baptisé «patriotes résistants» affirme à travers des communiqués vouloir renverser le pouvoir de Kinshasa.

Campagne d'intoxication sans doute, mais dans ce fief de l'ancien chef rebelle Jean-Pierre Bemba, poursuivi aujourd'hui par la Cour pénale internationale, les frustrations politique et économiques sont immenses. Une jeunesse désœuvrée sans avenir est souvent un terreau propice à toutes les aventures.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.