Accéder au contenu principal
Grèce/Economie/UE

La Grèce doit faire davantage pour résorber son déficit

Manifestation de chômeurs à Athènes. Selon l'agence Fitch, la dette publique grecque atteindrait près de 130% de son PIB.
Manifestation de chômeurs à Athènes. Selon l'agence Fitch, la dette publique grecque atteindrait près de 130% de son PIB. AFP

L'agence de notation Fitch Ratings a abaissé la note de dette à long terme de la Grèce (de A- à BBB+). Il y a des inquiétudes sur les finances publiques du pays et des incertitudes sur la reprise économique, plombant les bourses européennes. C'est ainsi que l'agence de notation justifie le mauvais point attribué à la Grèce.

Publicité

Cette décision est « importante car il s'agit de la première dégradation dans la zone euro  », a souligné un rapport de Goldman Sachs. C'est la première fois en dix ans que le pays descend en dessous de la note A. Signe que la situation économique de la Grèce, mêlée à la tension dans la rue, inquiète.

Cela fait plusieurs semaines que le pays est dans le collimateur. Depuis que le ministère des Finances a annoncé une explosion du déficit et de la dette publique. Cette dernière devrait dépasser 120% du PIB en 2010, le pire chiffre des seize pays de la zone euro.

Le nouveau gouvernement socialiste qui est entré en fonction il y a deux mois seulement, a attribué au précédent gouvernement la dégradation de la situation. Il a annoncé des réformes pour redresser l'économie, en luttant contre l'évasion fiscale et le gaspillage public. Il va devoir passer à l'acte.

Quant aux pays de la zone euro qui ont examiné le cas de la Grèce la semaine dernière, ils se sont dits préoccupés, mais ont écarté le scenario d'une faillite du pays.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.