Accéder au contenu principal
Arabie Saoudite / Iran

Polémique après la disparition d’un scientifique

Des pélerins autour de la Kaaba dans la Grande Mosquée, le 24 novembre 2009.
Des pélerins autour de la Kaaba dans la Grande Mosquée, le 24 novembre 2009. Reuters/Caren Firouz

L'Arabie saoudite a déploré ce mercredi les accusations de l'Iran et assuré avoir recherché sans succès le scientifique nucléaire iranien Shahram Amiri après l'annonce de sa disparition lors d'un pèlerinage à la Mecque. Le chef de la diplomatie iranienne Manouchehr Mottaki avait affirmé mardi que le scientifique disparu en mai alors qu'il effectuait le petit pèlerinage (Omra) avait été « enlevé » par les Américains. 

Publicité

Avec notre correspondante à Riyad, Clarence Rodriguez

Oussama Nougali, conseiller du ministre saoudien des Affaires étrangères, a déploré les accusations et les allégations de l’Iran. Voilà plus de six mois que Shahram Amiri, chercheur nucléaire iranien n’a pas donné signe de vie, alors qu’il effectuait l’« Omra », le petit pèlerinage à la Mecque. Le ministre iranien des Affaires étrangères n’hésite pas à affirmer que leur célèbre savant atomiste a été enlevé par les Américains, avec le concours des Saoudiens.

Une situation qui reste pour le moins floue et confuse. A l’époque de sa disparition, le journal Asharq Al-Awsat a été le premier à évoquer une fuite d’Amiri vers les Etats-Unis. Le chercheur en physique aurait informé les Américains de l’existence du second site d’enrichissement iranien à Fordou près de Qom ; ce que déplore, de leur côté, les Iraniens.

Et Oussama Nougali d’ajouter : « Au moment de la disparition de Shahram Amiri, les autorités saoudiennes avaient demandé à l’Iran de leur fournir des informations nécessaires pour les aider à déterminer la vérité au sujet de cette disparition, mais nous n’avons pas reçu de réponse de la part de Téhéran, jusqu’à présent. »
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.