Accéder au contenu principal
Egypte / Proche-Orient / Bande de Gaza

Egypte: une barrière souterraine contre les tunnels de contrebande

Des engins de chantier à la frontière Gaza - Egypte, le 11 décembre 2009.
Des engins de chantier à la frontière Gaza - Egypte, le 11 décembre 2009.

Des travaux sont en cours à la frontière entre la bande de Gaza et l’Egypte. S’agit-il d’installer un mur souterrain destiné à empêcher le trafic à destination du territoire palestinien, via les dizaines de tunnels qui ont été creusés sous la frontière ? Pas de confirmation officielle, mais dans le nord du Sinaï égyptien on peut constater que le sujet préoccupe les habitants de cette région impliqués dans ces trafics. 

Publicité

Avec notre envoyé spécial, Nicolas Falez

Lorsqu’on circule sur les chemins poussiéreux de la partie égyptienne de Rafah, on aperçoit les hautes silhouettes d’engins de chantiers, grues et foreuses. Difficile à ce stade de déterminer la nature exacte des travaux en cours.

Mais dans ce secteur frontalier de la bande de Gaza, beaucoup observent cette nouveauté avec préoccupation. Il faut dire qu’ici des dizaines de tunnels permettent de contourner l’embargo israélien. Chaque jour des milliers de dollars de marchandises sont acheminés sous terre par des passeurs égyptiens et palestiniens qui travaillent en coordination.

« Ici on ne peut pas creuser à plus de 15 mètres de profondeur, nous dit Abou Allah gestionnaire égyptien de l’un de ces tunnels, s’ils font un mur plus profond que ça, ce sera la mort de Gaza. Il n’y aura plus de nourriture à part les miettes que les israéliens laissent entrer aux points de passage », ajoute-t-il.

En attendant, les routes de cette région du Nord-Sinaï sont toujours sillonnées par des pick-up chargés des marchandises les plus diverses qui seront prochainement descendus dans les tunnels, à quelques mètres seulement des miradors égyptiens. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.