Accéder au contenu principal
Guinée

L'état de santé de Camara s'améliore

Moussa Dadis Camara.
Moussa Dadis Camara. AFP

L'état de santé de Moussa Dadis Camara s'améliore, affirme le ministre guinéen des Affaires étrangères, Alexandre Cécé Loua. Le chef de la junte guinéenne qui a été victime d'une tentative de meurtre de son ex-aide de camp le 3 décembre 2009, est soigné à l'hôpital militaire de Rabat au Maroc. Pendant ce temps, le général Sékouba Conaté chef de la junte par intérim est toujours au chevet des forces armées guinéennes. 

Publicité

Ce que le général a dit est exact. Le militaire doit protéger la population civile. L'indiscipline s'est trop installée dans l'armée,le soldat doit reconnaître son chef.

La tournée des garnisons du général Konaté

« Moussa Dadis Camara irait bien. Il prend ses repas tout seul et parle », a expliqué à RFI, une source proche du dossier. Le chef de la junte aurait cependant encore des problèmes d’élocution selon cette même source, une source qui n’était pas en mesure de spécifier vendredi 11 décembre, s’il s’agit là d’un problème temporaire ou d’une séquelle possible de son intervention. Même son de cloche du côté du ministre des Affaires étrangères guinéen joint par RFI, à Conakry.

Selon Alexandre Cécé Loua, le président Camara va bien. Il reçoit des visites à l’hôpital. Le ministre dit lui avoir parlé directement au téléphone vendredi 11 décembre. Enfin, une source marocaine jointe par RFI a confirmé que la santé du chef de la junte s’améliore. Moussa Dadis Camara devrait cependant rester hospitalisé encore quelques jours notamment pour des séances de rééducation.

Reste que dix jours après son attaque le 3 décembre 2009, à Conakry, aucun journaliste n’a pu rencontrer le chef de la junte guinéenne. A Rabat, les portes de l’hôpital militaire sont toujours fermées pour les gens de la presse.

En l'absence du capitaine Moussa Dadis Camara, le général Konaté assure la présidence par intérim en veillant sur les forces armées. Il s'est rendu vendredi 11 décembre 2009, pour la troisièmer journée consécutive, dans les garnisons de la capitale, Conakry, notamment au camp Alpha Yaya, l'une des principales casernes de la ville ainsi qu'au quartier général de la gendarmerie. Face aux accusations de violences des ONG, il a un nouvelle fois appelé les militaires à la discipline et à la protection des populations civiles.

S'ils font ce qu'il dit, c'est bon. Nous voulons des actes et non des paroles... J'ai apprécié comme tout le monde, il y a l'espoir qu'il va faire quelque chose pour nous. Il faut qu'il organise les élections et moralise les bérets rouges.

Les réactions de la population : reportage dans le quartier de Dixin

De son côté, le nouveau Premier ministre guinéen confirme à son tour la poursuite des négociations avec l'opposition. Kabiné Komara estime toutefois que les deux parties devront faire des concessions au regard du changement de la situation. Il confirme aussi qu'une délégation de la junte assistera à la réunion du groupe de contact de dimanche 13 décembre, à Ouagadougou.

Le Premier ministre met aussi les choses au point vis à vis de la France. Il dément à son tour l'idée d'une implication de Paris dans une tentative de coup d'Etat. C'est le deuxième démenti en 48 heures. En milieu de semaine le ministre de la Communication avait en effet créé la confusion en accusant la France d'avoir voulu renverser le capitaine Moussa Dadis Camara. Il avait aussi annoncé la suspension des négociations de Ouagadougou.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.