Accéder au contenu principal
Afghanistan / Royaume-Uni

Visite surprise de Gordon Brown à Kandahar

Le Premier ministre britannique, Gordon Brown (g) et le président afghan, Hamid Karzaï (d), à Kandahar, le 13 décembre 2009.
Le Premier ministre britannique, Gordon Brown (g) et le président afghan, Hamid Karzaï (d), à Kandahar, le 13 décembre 2009. Reuters

La visite de Gordon Brown en Afghanistan, a été organisée dans le plus grand secret. Le Premier ministre britannique s'est rendu sur une base militaire à Kandahar, l'un des fiefs des talibans dans le sud du pays.Aux côtés du président Karzaï, le chef du gouvernement travailliste a appelé à des efforts combinés des forces alliées et des Afghans pour battre l'insurrection des islamistes.

Publicité

Gordon Brown est allé au coeur du dispositif britannique, à Kandahar (dans le sud) pour manifester auprès des soldats l'importance des décisions politiques qui viennent d'être prises : plus de soldats, plus d'engagement militaire, plus d'exigence à l'égard des autorités afghanes.

« Les prochains mois vont être critiques », reconnaît M. Brown, pour les soldats de Londres, engagés dans la guerre contre les talibans, évidemment, puisque la posture est clairement « offensive ». Ils sont plus de 10 000, en comptant les « forces spéciales », ils constituent le deuxième contingent après celui des Etats-Unis et ils sont déployés au coeur même de la principale zone d'influence des talibans. Ils en paient d'ailleurs le prix du sang, depuis le début de l'année, il y a eu 100 morts parmi les soldats britanniques.

Fin janvier, à Londres, Gordon Brown accueillira une conférence internationale pour lancer un nouvel appel à contribution aux alliés. Mais les prochains mois vont aussi être difficiles pour les dirigeants politiques des pays engagés dans le conflit. En privilégiant l'option militaire, dont le résultat est incertain dans le contexte afghan, ils prennent le risque de renforcer l'hostilité des opinions publiques.

C'est d'ailleurs le paradoxe britannique de ce soutien sans faille manifesté auprès de Washington. Quand on leur demande leur avis, les deux tiers des Britanniques estiment qu'une victoire est impossible et qu'il faut donc ramener les soldats à la maison aussitôt que possible.

Aves notre correspondante à Kaboul, Marie Forestier

Gordon Brown a remercié les soldats pour ce qu’ils faisaient et il a reconnu que l’année avait été difficile. Il a aussi rendu hommage à la bravoure, au dévouement et au professionnalisme des militaires britanniques. Ensuite, il s’est entretenu avec le président Karzaï pendant plus d’une heure. 

Le Premier ministre a déclaré que les prochains mois seraient critiques en Afghanistan. Il a souligné la nécessité pour la coalition de montrer une détermination à s’attaquer aux talibans et à les affaiblir. Enfin Gordon Brown a annoncé que des renforts de troupes britanniques arriveraient dans les prochains jours. Cette année, 100 soldats britanniques sont morts en Afghanistan. 

C’est la troisième visite de Gordon Brown dans le pays depuis le début de l’année. Il a dormi à la base aérienne de Kandahar et c'est ainsi la première fois qu’un chef de gouvernement britannique passe la nuit sur un théâtre d’opérations. Les Afghans sont indifférents à la quatrième visite d’un haut responsable occidental en une semaine. En revanche, ils attendent l’annonce imminente de la composition du nouveau gouvernement.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.