Accéder au contenu principal
Guinée/CEDEAO/Burkina Faso

Le déploiement des casques blancs en Guinée prendra du temps

Mohamed Ibn Chambas, le 4 mars 2009.
Mohamed Ibn Chambas, le 4 mars 2009. Reuters

Déployer une force de « protection des civils et d'assistance humanitaire » en Guinée, c'est ce que Mohamed Ibn Chambas, le président de CEDEAO a proposé, lors de la réunion de Ouagadougou. Il reste que même si la Communauté des Etats d'Afrique de l'Ouest souhaite aller vite, le déploiement d'une telle force va prendre du temps.  

Publicité

En proposant le « déploiement d'une force de protection des civils et d'assistance humanitaire » en Guinée, le président de la Commission de la CEDEAO est certes dans son rôle, mais Mohamed Ibn Chambas en diplomate averti, sait pertinemment que son idée n'a aucune chance d'aboutir de si tôt même s'il met la pression en s'interrogeant « allons-nous attendre longtemps pour réagir ? ».

Le diplomate ne s'y est d'ailleurs pas trompé. Dans sa requête, il se réfère aux instances dirigeantes de l'organisation. En clair, au sommet des chefs d'Etat qui ne se réunira qu'à la fin du mois de janvier pour entériner sa proposition.

Autre étape : il faudra déterminer le nombre d'hommes à déployer. Puis ce sera au tour des pays qui se porteront volontaires pour fournir les troupes. Hormis le Nigeria qui dans le passé s'est illustré dans ce type d'opération, les autres pays de la région ne se bousculent généralement pas. Or, les soldats nigérians sont aujourd'hui occupés dans le delta du Niger.

Restera le financement dont ne dispose pas l'organisation sous-régionale. Enfin, le plus important demeure l'accord des autorités guinéennes sans lequel aucune force, qu'elle soit baptisée « de protection des civils » ou « d'assistance humanitaire », ne pourra se déployer dans le pays.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.