Accéder au contenu principal
Iran / Etats-Unis

Pressions croisées sur le sort de plusieurs détenus

Le ministre iranien des Affaires étrangères Manouchehr Mottaki, le 12 décembre 2009.
Le ministre iranien des Affaires étrangères Manouchehr Mottaki, le 12 décembre 2009. Reuters/Fouzia Hamza

Washington appelle Téhéran à libérer immédiatement les trois randonneurs américains arrêtés l'été dernier. La justice iranienne envisage de les juger. Ils avaient été arrêtés au Kurdistan iranien et accusés d'être « entrés illégalement » sur le territoire. Une affaire utilisée par Téhéran afin d'obtenir en contrepartie la libération d'une dizaine de ses ressortissants emprisonnés aux Etats- Unis

Publicité

« Un piège tendu qui n'a aucune base légale ». C'est ainsi que le ministre iranien des Affaires étrangères Manoucher Mottaki a qualifié le procès et la condamnation aux Etats-Unis pour trafic d'armes de l'un de ses compatriotes.

L'affaire risque d'envenimer un peu plus encore les relations tendues entre la République islamique et les Etats-Unis. D'autant que trois ressortissants américains sont actuellement détenus depuis plus de trois mois dans la prison d'Evin à Téhéran.

Ces trois randonneurs ont selon leurs proches pénétré par erreur sur le sol iranien. Cette version est démentie par les autorités de Téhéran qui les ont dans un premier temps accusé d'espionnage. Lundi, lors d'une conférence de presse, le chef de la diplomatie n'a pas repris ces accusations. Selon Manoucher Mottaki, les trois Américains seront jugés pour être entrés illégalement en Iran.

Les autorités iraniennes de leur côté réclament de connaître le sort de onze iraniens qui seraient selon eux détenus aux Etats-Unis. Parmi eux figure un scientifique qui a disparu en mai dernier lors d'un pèlerinage en Arabie Saoudite. Le département d'Etat américain a refusé de commenter ce dossier. Mais il est clair que comme la France, dans le cas de Clotilde Reiss, les Etats Unis n'ont pas l'intention de négocier un quelconque échange, estimant que leurs trois ressortissants sont innocents, contrairement au trafiquant d'armes qui vient d'être condamné à cinq ans d'emprisonnement.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.