Accéder au contenu principal
Cameroun / France

Un avion militaire français cambriolé à Yaoundé

Le C-160 NG Transall  est un avion de transport tactique et logistique.
Le C-160 NG Transall est un avion de transport tactique et logistique. Sirpa Air

Placé sous la surveillance des gendarmes camerounais, l’avion de type Transall a été « visité » dans la nuit de samedi 12 décembre et des objets ont été volés. Le ministre camerounais de la Défense entend remettre ses troupes au pas et annonce plusieurs limogeages dans les rangs de la gendarmerie.

Publicité

Déjà connu pour ne tolérer aucun manquement, alors qu’il dirigeait la police, le ministre Edgar Alain Mebe Ngo’o vient de sanctionner sévèrement plusieurs responsables de la gendarmerie. Ainsi, le commandant de la région Centre – dont dépend Yaoundé – et le responsable de la compagnie de gendarmerie de l’aéroport international Nsimalen de la capitale camerounaise ont été relevés de leurs fonctions. Plusieurs autres gendarmes de grade inférieur font également l’objet de mesures disciplinaires.

Ces limogeages font suite au mystérieux cambriolage d’un avion de transport de l’Armée française en escale à Yaoundé, dans la nuit de samedi à dimanche dernier. Cet avion militaire de type Transall était censé être gardé par les forces de l’ordre camerounaises. Il a pourtant été « visité » par des individus qui n’ont toujours pas été identifiés, des personnes qui ont fait main basse sur des ordinateurs, notamment. On sait aussi qu’une forte somme d’argent en euros a été subtilisée.

L’avion qui se dirigeait vers Ndjamena, la capitale du Tchad, a pu finalement repartir le 14 décembre avec 24 heures de retard sur son horaire prévu. Les autorités camerounaises ont annoncé l’ouverture d’une enquête.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.