Accéder au contenu principal
Maroc

Aminatou Haidar de retour au Sahara occidental

Aminatou Haidar quitte l'hopital de Lanzarote, aux Canaries, le 17 décembre 2009.
Aminatou Haidar quitte l'hopital de Lanzarote, aux Canaries, le 17 décembre 2009. Reuters / B. Suarez

Aminatou Haidar est arrivée à Laâyoune au Sahara occidental vendredi vers 00H15 locales (et TU) à bord d'un avion médicalisé en provenance des îles Canaries (Espagne), où elle observait une grève de la faim depuis plus d’un mois. La militante saharaouie protestait contre le fait d'avoir été refoulée le 14 novembre par les autorités marocaines à l'aéroport de Laâyoune, en provenance des Etats-Unis où elle avait reçu un prix pour son action en faveur des droits de l'homme.

Publicité

« C'est un triomphe pour le droit international, les droits de l'homme, et la cause saharaouie ». C'est le cri victorieux poussé par Aminatou Haidar à la sortie de l'hôpital. Victorieuse mais affaiblie, la militante de 42 ans y avait été admise la veille, à sa demande, après de violentes douleurs abdominales et des nausées.

Depuis le 16 novembre, Aminatou Haidar avait cessé de s'alimenter pour exiger du Maroc qu'il la laisse regagner le Sahara occidental. Elle avait d'ailleurs fait deux tentatives les 4 et 5 décembre. Mais les autorités marocaines avaient refusé que l'avion à bord duquel elle se trouvait, atterrisse à Laâyoune.

Ce qui est devenu rapidement « l'affaire Haidar » s'est invité dans les chancelleries, et a donné lieu à un bras de fer diplomatique entre Rabat et Madrid. Le Parlement européen a même renoncé ce jeudi 17 décembre au dernier moment à voter une résolution condamnant le Maroc.

Dans la nuit, l'Elysée a publié un communiqué dans lequel on apprend que le cas de la jeune femme a été évoqué lors de la rencontre entre Nicolas Sarkozy et le ministre marocain des Affaires étrangères Taïb Fassi Fihri, mardi 15 décembre, à Paris. Selon ce communiqué, le président français a alors exprimé le vœu que le Maroc remette son passeport à Aminatou Haidar à son arrivée sur le territoire du royaume. Toujours selon ce texte, le roi Mohammed VI aurait accédé à cette demande ce jeudi 16 décembre 2009.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.