Accéder au contenu principal
Biodiversité

GOPS, un consortium d’observatoires de recherche dans le Pacifique

Chercheurs sur le terrain en Polynésie francaise
Chercheurs sur le terrain en Polynésie francaise IRD

Fédérer les activités de recherche dans le Pacifique, coordonner les initiatives, mutualiser les dispositifs, renforcer la lisibilité : tels sont les objectifs du Grand Observatoire de l’environnement et de la biodiversité terrestre et marine du Pacifique Sud (GOPS). Annoncé lors des Assises de la recherche en mars 2009, à Papeete (Polynésie française), cette initiative sans précédent pour la recherche française est maintenant devenue une réalité. Le premier comité directeur du GOPS s’est déroulé mardi 8 décembre 2009 simultanément à Paris, Nouméa et Papeete officialisant son acte de naissance tandis qu’un séminaire de travail réunissait à Nouméa les 7 et 8 décembre des experts des institutions partenaires pour jeter les bases de son projet scientifique pour les prochaines années. 

Publicité

Le GOPS est un observatoire de recherche, un consortium d’observatoires existants ou en devenir », qui permettra de renforcer la mutualisation des moyens entre ses membres en incluant l’ensemble des dispositifs existants. Il a pour vocation de s’adresser à des questions scientifiques « à l’échelle globale et régionale » et « de long terme » liées aux métiers d’observation. La tenue à Nouméa, les 7 et 8 décembre, d’un atelier de réflexion réunissant des représentants des établissements membres a permis d’avancer sur la constitution du projet scientifique rédigé au cours de l’été 2009. Quatre axes scientifiques ont été identifiés : « Observations des systèmes marins », « Biodiversité terrestre insulaire », « Variabilité, changements climatiques et aléas naturels ». Le quatrième porte sur « les évolutions et la transformation des modes d’usage et de gouvernance des ressources naturelles dans le Pacifique sud ». Il doit faire émerger les questionnements en sciences humaines et sociales et constituer un véritable observatoire dans ce domaine.

Une présentation de ces travaux a été faite au Comité Directeur qui a validé les prochaines étapes de la mise en œuvre opérationnelle du GOPS : poursuite des discussions afin de proposer un livre blanc et un plan d’action lors d’un séminaire prévu au printemps 2010 à Papeete; présentation aux collectivités pour une appropriation du projet en termes de protection de la biodiversité, de surveillance et veille environnementales, de conservation et valorisation du patrimoine naturel; élargissement à d’autres établissements de la région, notamment les universités étrangères.

Le GOPS réunit :

l'IRD - l'Université Pierre et Marie Curie - l'Université de Nouvelle-Calédonie - l'Université de Polynésie Française - l'Université de Perpignan - l'Ifremer - l'EPHE - le CNRS (INSU et INEE) - le Muséum National d’Histoire Naturelle - l'Institut Agronomique Calédonien

Pour en savoir plus :

Consulter le site de l'Agence universitaire de la francophonie
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.