Accéder au contenu principal
Union Européenne / Serbie

Libre accès des Serbes, Macédoniens et Monténegrins à l'espace Schengen

La population manifeste sa joie dans les rues de Skopje (Macédoine). Elle est autorisée à voyager dans l'UE.
La population manifeste sa joie dans les rues de Skopje (Macédoine). Elle est autorisée à voyager dans l'UE. Reuters / Ognen Teofilovski

Désormais les Serbes peuvent circuler sans visa dans l'espace Schengen - une zone de libre circulation des personnes, qui regroupe 25 pays européens. C'est un nouveau pas vers une éventuelle adhésion de la Serbie à l'Union européenne. Cette levée de l'obligation de visa concerne également Monténégrins et Macédoniens.

Publicité

Avec notre correspondant à Bruxelles, Pierre Benazet

Les premiers Serbes à profiter de la suppression des visas sont arrivés au beau milieu de la nuit à Bruxelles, ils sont une cinquantaine, sélectionnés au mérite pour avoir sauvé des vies, pour leur engagement social ou en raison d’excellents résultats scolaires.
Ils entament ainsi un périple qui les mènera à Paris dans 6 jours, après Rome et Berlin. Ils sont emmenés par leur vice-Premier ministre Bozidar Djelic se félicite de ce succès :

« Ce moment, nous l’attendions depuis 18 ans ! La possibilité pour les citoyens serbes de voyager dans l’espace Shengen sans visa, c’est quelque chose que nous allons fêter de la meilleure façon que ce soit. C’est une consécration pour notre pays, mais aussi pour la région, n’oublions pas qu’il reste encore l’Albanie et la Bosnie. Nous allons essayer d’aider ces deux pays, s’ils le veulent, à faire en sorte qu’ils accèdent au même statut bientôt. C’est effectivement un grand succès, c’est une satisfaction extrêmement forte que d’avoir réussi à mener ces réformes profondes car ce changement n'est pas un cadeau.»

L’actuel gouvernement serbe peut aussi se targuer de l’entrée en vigueur, il y a dix jours, d’un accord de libre échange, première partie d’un accord d’association avec l’Union Européenne.

Le gouvernement a par ailleurs obtenu un satisfecit du procureur du Tribunal pénal international pour ses efforts en vue d’arrêter l’ancien général Ratko Mladic. Un nouveau signe positif qui pourrait encourager la Serbie à poser sa candidature d’adhésion à l’UE, peut-être dès 2010. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.