Accéder au contenu principal
Etats-Unis

Blizzard sur la côte Est des Etats-Unis

La neige fait le bonheur des enfants au Capitole à Washington, le 19 décembre 2009.
La neige fait le bonheur des enfants au Capitole à Washington, le 19 décembre 2009. Reuters/Jonathan Ernst

Du sud de New York à Washington, une bonne partie de la côte Est des Etats-Unis s'est trouvée, samedi 19 décembre, sous l'emprise de la pire tempête de neige qu'ait connue la région depuis six ans, provoquant des centaines d'annulations de vols et le chaos sur les routes alors que les précipitations de neige s'accumulent au rythme de 5 cm par heure.

Publicité

Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

Des Carolines au Rhode Island, la côte Est est pratiquement paralysée par la plus violente tempête de neige depuis au moins 2003. Le blizzard a fait l’ouverture des journaux télévisés des trois grandes chaînes de télévision. Washington n’avait pas vu une telle chute depuis 1922.

Lorsque les flocons cesseront de tomber en principe à la mi-journée, la capitale fédérale devrait être recouverte de 50 à 60 cm de neige. Le maire, à l’instar de bien d’autres, a proclamé l’état d’urgence neige.

Les transports publics ont été interrompus. Seul le métro sousterrain fonctionnait. Les trois aéroports de la région sont fermés. Les radios locales invitent leurs auditeurs à rester chez eux. Toutes les activités culturelles ou religieuses ont été annulées. Dans l’Etat voisin de la Virgine, le gouverneur a instauré l’état d’urgence et mobilisé la garde nationale.

Les accidents de la route se comptent par centaines. A Baltimore, catastrophe : le match entre l’équipe locale de football américain et celle de Philadelphie a dû être reporté.

Mais les plus catastrophés sont les commerçants. Le week-end avant Noël est celui où ils font leur meilleur chiffre d’affaires : 15 milliards de dollars, dont un quart sur la côte Est. Or la plupart des magasins, quand ils ont pu ouvrir, étaient vides. Principal bénéficiaire du blizzard de 2009 : le commerce en ligne.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.