Accéder au contenu principal
Pakistan

Le pouvoir du président Zardari empêtré dans le dossier de la corruption

Le président pakistanais Asif Ali Zardari.
Le président pakistanais Asif Ali Zardari. Wikimedia / Eric Draper

Face à la crise politique qui déstabilise le pays et s’intensifie, le président de la République Asif Ali Zardari a convoqué samedi 19 décembre à Islamabad une réunion d’urgence du PPP, le Parti du peuple pakistanais, le parti au pouvoir dont il est issu.

Publicité

Avec notre correspondante à Islamabad, Nadia Blétry

Le PPP, le Parti du Peuple pakistanais, au pouvoir depuis les dernières législatives de février 2008, a apporté son soutien inconditionnel au président et au gouvernement. Un gouvernement en position délicate depuis que la Cour suprême a invalidé un décret d’amnistie le 16 décembre dernier. Ce décret connu sous le nom d’Ordonnance de réconciliation nationale amnistiait un certain nombre de personnalités politiques pour des accusations diverses et notamment des charges de corruption. Et parmi les politiciens amnistiés se trouvent plusieurs membres du gouvernement.

« Le parti du peuple pakistanais va se servir de la démocratie et de la constitution, sa meilleure arme, pour défaire les conspirations ourdies contre le gouvernement », a affirmé la présidence à l’issue de cette réunion. Le parti a par ailleurs indiqué que les ministres du gouvernement ne démissionneraient pas pour ne pas céder au chantage.

Sans jamais citer expressément les adversaires du PPP, la première force politique du pays a condamné les «fausses affaires enregistrées contre les dirigeants du Parti du peuple pakistanais». Une attaque à peine voilée contre la Cour suprême qui a choisi d’instruire à nouveau les dossiers. C’est donc une nouvelle crise politique qui s’ouvre au Pakistan, sans doute la plus grave depuis que le président Zardari est arrivé au pouvoir, il y a quinze mois.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.