Accéder au contenu principal
Crise politique

Madagascar entre dans un nouveau cycle de turbulences

Les Malgaches descendent encore dans les rues pour réclamer plus de démocratie. Ici, une manifestation à Antananarivo le 11 septembre 2009.
Les Malgaches descendent encore dans les rues pour réclamer plus de démocratie. Ici, une manifestation à Antananarivo le 11 septembre 2009. Grégoire Pourtier/AFP

L'homme fort de la Grande île, Andry Rajoelina, a finalement déclaré caducs les accords internationaux sur le partage du pouvoir à Madagascar après avoir nommé, unilatéralement, un deuxième Premier ministre en 48 heures. La tension monte dans la capitale malgache. 

Publicité

Dans le communiqué publié tard dimanche 20 décembre 2009, Andry Rajoelina affirmait que son décret présidentiel de vendredi, par lequel il limogeait le Premier ministre issu des accords de Maputo et Addis Abeba, annulait également un précédent décret de septembre, qui ratifiait ces mêmes accords. Le président de la transition malgache a également prévenu que toute tentative de l'opposition de réunir le parlement cette semaine serait illégale. Madagascar est manifestement entre dans un nouveau cycle de turbulences.

Monja Roindefo, Ex Premier ministre malgache sur la crise à Madagascar

L'effondrement du processus de partage du pouvoir négocié à Maputo met en péril la stabilité de la Grande île. Aujourd'hui, l'hostilité entre les deux camps adverses n'a jamais été aussi grande. Au cours d'un week-end rocambolesque Andry Rajoelina démet le Premier ministre de consensus, le remplace par la vice Première ministre chargée des affaires intérieures pour finalement nommer 36 heures plus tard un militaire à ce poste.

Le colonel Albert Camille Vital est proche des partisans de l'ancien président Ratsirak au sein de l'armée. Il a été désigné par ses pairs. C'est ce qu'il a déclaré après sa nomination. Faut-il voir dans ce choix un avertissement des militaires qui ont porté Andry Rajoelina au pouvoir en mars 2009 ? L'armée qui arbitre le jeu politique à Madagascar a-t-elle voulu signaler qu'elle sera le dernier rempart si la situation venait à dégénérer dans le pays ? Ceux qui ont choisi le colonel Vital cherchent sans doute à renforcer la cohésion d'une armée que l'on dit divisée.

A contrario ils pourraient également chercher à briser l'unité dans l'opposition politique. La composition du gouvernement indiquera s'il y a eu des débauchages au sein des différentes mouvances. Pour l'heure en tout cas, les chefs de l'opposition maintiennent leur volonté de réunir cette semaine le parlement comme le prévoit l'accord de Maputo. Andry Rajoelina a déjà prévenu que cette tentative serait jugée illégale.

L’Union africaine garde espoir

Face aux décisions en cascade d'Andry Rajoelina (nomination d'un nouveau Premier ministre, le deuxième en 48h, et dénonciation des accords internationaux sur le partage du pouvoir signés avec les autres mouvances politiques du pays), l'Union africaine assure toujours travailler à une sortie consensuelle de la crise malgache. Une réunion spéciale consultative de haut niveau du groupe de contact international aura d'ailleurs lieu à Addis-Abeba, le 6 janvier. Réunion restreinte, sans les parties malgaches. C'est ce qu'a annoncé à RFI, lundi 21 décembre, Ramtane Lamamra, commissaire à la Paix et à la Sécurité de l'Union africaine, joint à New York.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.