Accéder au contenu principal
Turquie

Ankara et Moscou s’entendent pour construire une centrale nucléaire en Turquie

Les ministres de l'Energie de la Russie, Sergueï Shmatko (g) et de la Turquie Taner Yildiz lors de la signature d'un accrod à Ankara, le 12 mai 2010.
Les ministres de l'Energie de la Russie, Sergueï Shmatko (g) et de la Turquie Taner Yildiz lors de la signature d'un accrod à Ankara, le 12 mai 2010. REUTERS/Murad Sezer

La Russie a signé mercredi 12 mai 2010, à Ankara, un accord avec la Turquie pour la construction de la première centrale nucléaire turque. Le projet a été salué par le président russe Dmitri Medvedev comme le symbole des liens « stratégiques » qui unissent les deux pays. « Cet accord ouvre un nouveau chapitre dans notre coopération », a déclaré le président russe, lors d'une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan à Ankara.

Publicité

Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

« Ce sera la première fois que la Russie non seulement construit une centrale nucléaire à l’étranger, comme c’est déjà le cas en Iran et en Inde, mais qu’elle en restera aussi propriétaire », a expliqué le patron du consortium russe Atomstroyexport.

Cette formule originale a pour principal avantage d’éviter à la Turquie de débourser la vingtaine de milliards de dollars que coûteraient ses quatre réacteurs.

A terme, 49 % de la centrale pourront être vendus à des investisseurs, parmi lesquels des Turcs mais également des Européens se seraient d’ores et déjà montré intéressés – mais on ne connaît pas leurs noms.

Ankara n’aura donc qu’à fournir le site pour recevoir l’électricité de sa première centrale nucléaire, d’une capacité de 4 800 Mégawatts. Mais ce n’est pas là le plus facile, car non seulement la population y est fermement opposée, la région étant exposée au risque sismique, mais en outre et surtout le conseil d’Etat a bloqué depuis cet automne la loi autorisant la mise en service de cette installation. Motif : le site justement n’est pas approprié, le prix de l’électricité produite est trop élevé et l’appel d’offre n’était pas assez ouvert puisque les Russes étaient les seuls candidats.

Le Parlement devrait trancher dans les 10 jours, mais l’issue du vote est loin d’être garantie.

 

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.