Accéder au contenu principal
Cinéma / 65e Festival de Cannes

Gilles Jacob raconte au Festival de Cannes «Une Journée particulière»

Gilles Jacob, le président du Festival de Cannes, est une véritable institution et il a toujours sa petite idée lors de la montée des marches au palais du Festival.
Gilles Jacob, le président du Festival de Cannes, est une véritable institution et il a toujours sa petite idée lors de la montée des marches au palais du Festival. Pascal Le Segretain/Getty Images

Pour célébrer les 65 ans du Festival de Cannes (16-27 mai), son président, Gilles Jacob, raconte en images Une Journée Particulière de 35 réalisateurs parmi les plus grands du monde, réunis pour la 60e édition.

Publicité

Une journée particulière sera projeté pendant le festival en Séance spéciale, ce dimanche 20 mai, diffusé sur Canal + le jour-même et sur Arte le 27 mai.

Pour fêter le 60e anniversaire, Cannes avait sollicité ces 35 cinéastes, de Polanski à Moretti (président du jury de la Palme d'or cette année), Atom Egoyan ou Wong Kar-wai, Raul Ruiz, Ken Loach, Assayas, Wim Wenders et Cronenberg, les Dardenne…, priés de raconter en 3 minutes leur amour pour les salles obscures. Tous avaient joué le jeu et s'étaient ensuite retrouvés sur la Croisette pour présenter en tenue de gala l'ensemble de ces petits films réunis en un grand sous le titre Chacun son cinéma.

C'est ce jour-là que Gilles Jacob a capté avec sa caméra, tout au long des rites qui font le sel de Cannes, de leur arrivée aux palaces qui les hébergent, des répétitions du rituel nocturne sur la scène du Palais des Festivals à la séance photo, le « photocall », jusqu'à leur marche triomphale pour la plus fabuleuse montée des marches de l'histoire du cinéma. Puis au dîner de gala et au feu d'artifice, captés également dans les coulisses.

Dans l'intimité des grands hommes

Glissé dans l'intimité des grands hommes qui ont une journée pour s'habituer les uns aux autres, le spectateur observe la bonhomie de l'un, l'hypertrophie égotique de l'autre, celui qui se pousse sur la photo et le rêveur toujours à contre-temps.

« Certains se débrouillent pour passer avant les autres, mais on remarque aussi les petits gestes affectueux, ils baissent peu à peu leur garde, deviennent amis, oublient les rivalités professionnelles », indique Gilles Jacob en montrant son travail.

« C'était amusant de montrer la progression de cette relation, mais aussi les rites de Cannes depuis les coulisses ». Tout en évoquant l'univers des uns et des autres à travers des extraits de leurs sketches - 18 seulement on pu être retenus mais tous ont promis de venir cette année encore.

 

NOTRE DOSSIER SPECIAL

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.