Accéder au contenu principal
Cinéma

«White God», Kornel Mundruczo lâche les chiens

«White God», un film de l'Hongrois Kornel Mundruczo.
«White God», un film de l'Hongrois Kornel Mundruczo. Pyramide Distribution

C’est un film de politique-fiction dans une Hongrie totalitaire où le gouvernement décide de débarrasser la ville de tous ses chiens. « White God » est aussi une première dans l’histoire du 7e art  puisque son réalisateur, le Hongrois Kornel Mundruczo a réussi à faire tourner plus de 170 chiens.

Publicité

Imaginez une adolescente à vélo, dans Budapest, poursuivie par une meute de 250 chiens hurlants. White God, Dieu Blanc, invente un futur tout proche, dans lequel seuls les chiens de race ont droit de cité en Hongrie.

Hagen, un adorable bâtard transformé en molosse de combat, va mener la révolte sanglante des sans-pédigrées tandis que sa jeune maitresse, Lili, le cherche désespérément dans la ville.

À 39 ans, Kornel Moundrousso est l’héritier des grands formalistes du cinéma hongrois. Dans White God, son cinquième film, le comportement imprévisible de ses acteurs à quatre pattes a donné un coup de fouet salutaire à sa mise en scène : les mouvements heurtés de la caméra nous plongent dans la psyché de l’animal en lutte pour sa survie.

White God nous montre comment un gentil chien peut être transformé en bête féroce par la méchanceté des humains. Le propos peut sembler naïf jusqu’à ce que la violence explose révélant la véritable dimension mythologique du scénario. Jamais l’expression « lâchez les chiens » n’aura été mieux méritée par un film.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.