Accéder au contenu principal
Cinéma

Whiplash, un thriller musical

J.K. Simmons et Miles Teller dans «Whiplash», un film de Damien Chazelle.
J.K. Simmons et Miles Teller dans «Whiplash», un film de Damien Chazelle. 2014 Sony Pictures Releasing GmbH

Il aura fallu attendre la fin de l'année pour découvrir un des meilleurs films de 2014. Whiplash, de Damien Chazelle, sort ce mercredi 24 décembre sur les écrans français. Pour décrire ce film américain, il faudrait inventer une nouvelle catégorie : le thriller musical.

Publicité

Faire un film, non pas sur le plaisir de jouer de la musique, mais sur la peur. Faire un film musical qui serait aussi un grand film de gangsters. Damien Chazelle réussit tout cela en virtuose. Le réalisateur, qui a été batteur dans une autre vie, a apparemment été marqué par cette expérience.

Humiliations

Dans Whiplash, il orchestre le face à face entre Andrew, 19 ans, élève d'un conservatoire de jazz de Manhattan, et Terence Fletcher, un chef d'orchestre, justement, sadique et tyrannique. Humiliations, répétitions à l'infini : Andrew, incarné par la révélation Miles Teller, sue sang et eau sur sa batterie, et ce n'est pas une image. Tandis que J.K. Simmons, dans le rôle du professeur, ressemble de plus en plus au personnage de nazi qu'il interprétait à ses débuts.

Affrontement

La musique rythme leur affrontement, jusqu'au paroxysme. Le montage des images suit la partition de la batterie, sans la moindre fausse note. Whiplash a remporté le Grand prix et le Prix du public au Festival du film indépendant de Sundance, et les mêmes récompenses au Festival du film américain de Deauville. Car au-delà de la musique, Whiplash pose ces questions fondamentales : quel est le prix à payer pour quelques instants de grâce ? Quel est le prix de l'excellence ?

► A écouter : Tous les cinémas du monde

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.