Accéder au contenu principal
2016

Tour d'horizon des traditions du Nouvel An dans le monde

Le célèbre feu d'artifice du Nouvel An à Madère, photographié en 2012.
Le célèbre feu d'artifice du Nouvel An à Madère, photographié en 2012. AFP PHOTO/ GREGORIO CUNHA

Nous sommes le 1er janvier 2016. Profitons-en pour faire un tour du monde des traditions. Il en a beaucoup ! Des traditions recensées auprès des équipes de RFI, dont les locaux parisiens, qui abritent notamment nos rédactions linguistiques, ressemblent quelque peu à la tour de Babel.

Publicité

• Le port de Madère et son gigantesque feu d'artifice

Au Portugal, traditionnellement, la grande fête de la Saint-Sylvestre se passe dans l’île portugaise de Madère, au large du Maroc, avec des bateaux et des paquebots qui viennent d’un peu partout et qui se rassemblent dans le port avant un immense feu d’artifice. Evidemment, le spectacle est diffusé en direct à la télévision, mais chaque année tout le monde aimerait bien être sur place !

• Les anciennes colonies et la tradition de la course

En Angola, au Mozambique et au Cap-Vert, les anciennes colonies portugaises, on assiste chaque année à « la course de la Saint-Sylvestre », une compétition sportive à laquelle de grands athlètes - éthiopiens, kényans... - participent.

Au Cap-Vert, à l’origine, cette course se faisait le soir, on appelait cela « le bain de minuit de la Saint-Sylvestre », puisqu’on la terminait en sautant dans la mer pour se purifier de l’année passée.

La tradition de cette course vient du Brésil. Un journaliste l’aurait ramenée de France, après y avoir vu des gens courir de nuit. Aujourd’hui, la course se fait de jour, parfois le 31 décembre, parfois le 1er janvier.

• Salade russe pour la fête la plus importante de l'année

En Russie, depuis l’époque soviétique, le Nouvel An, c’est « la » fête. Car le régime communiste n’appréciait pas particulièrement Noël. D’ailleurs, encore aujourd’hui, c’est le 1er janvier que l’on s’offre les cadeaux, même si pour les Russes, le véritable Nouvel An tombe le 14 janvier, puisqu’ils suivent le calendrier orthodoxe.

Le 31 au soir, en Russie, on mange la fameuse salade Olivier : des légumes bouillis, des œufs, du saucisson de Bologne, du poulet et surtout, de la mayonnaise. A l’époque soviétique, comme les gens ne roulaient pas sur l’or, ils mettaient tout ce qu’ils trouvaient dans le frigo, plus de la mayonnaise, et ça faisait une salade Olivier.

Autre tradition russe : regarder le film moscovite L’ironie du sort, diffusé tous les 31 décembre. Son réalisateur, qui est mort cette année, était un opposant anti-Poutine mais le film n’a jamais été déprogrammé. Sauf en 1990, par Mikhaïl Gorbatchev, qui venait de lancer une campagne contre l’alcoolisme. Car dans ce film, on boit beaucoup…

Diner For One, la tradition des régions outre-Rhin

En Allemagne, entre deux explosions de pétards - les Allemands dépensent une fortune en pétards pour le 31 -, on se réunit autour d'une vieille comédie anglaise en noir et blanc, Diner For One, diffusée depuis 52 ans par toutes les chaînes régionales allemandes.

Vers 22 h, les adultes comme les enfants revoient pour la énième fois ce court-métrage d'un quart d’heure. Ils connaissent les dialogues par cœur. Ça ne parle pas du Nouvel An, mais comme dans le film russe, on y boit beaucoup !

• Et ailleurs dans le monde, quid du Nouvel An ?

De nombreux pays ne fêtent pas le Nouvel An le 1er janvier. Et pour cause, ils ne suivent pas le calendrier grégorien comme les Occidentaux. C’est le cas des Israéliens, qui le fêtent en septembre ou en octobre, et des Chinois qui célèbrent le changement d'année en janvier ou en février.

Pour les Iraniens, c'est le 21 mars, pour l’arrivée du printemps. Et c’est à la seconde près : selon les années, le printemps peut tomber à midi, à 2 h ou à 4 h du matin. Tout le monde se réunit alors autour de la table où ont été placés sept produits essentiels. Avant la conquête islamique de l'Iran (637-751), les sept produits commençaient par le son « ch ». Par exemple : « chahd » (sucrerie) ou « charob » (vin).

Mais le vin est plutôt mal vu par l'islam, on a donc pris sept produits qui, en persan, commencent par « s », comme « Sibe » (pomme) ou « Serkeh » (vinaigre). Il est vrai que cela change du vin, mais le vin lui-même est-il un produit essentiel ? C’est un autre débat.

Le Laos, la Thaïlande ou encore la Birmanie fêtent leur Nouvel An en avril. Ils l’appellent « la fête des eaux », l’eau étant un symbole de pureté. C’est l’occasion de faire un grand ménage dans sa maisons, pour chasser l’année précédente et accueillir la nouvelle.

• Du côté des Amériques : poupées, culottes et valises

Au Mexique et au Honduras, on confectionne des poupées d'hommes politiques d'un mètre de haut, avec du papier journal ou du coton, puis on y met de la poudre et des pétards. Même chose avec une poupée qui représente l’année passée : à minuit, elle flambe, pour faire table rase du passé.

Et puis, il y a aussi cette histoire de culottes : au Chili, vers les fêtes, c’est une véritable floraison de culottes jaune poussin dans les magasins et les marchés, pour les filles qui veulent trouver l’amour ou se marier dans l’année. Au Mexique, c’est différent : les culottes pour l’amour sont rouges, et les dorées pour l’argent.

• Et toujours plus de traditions farfelues chez les latinos

Autre tradition au Mexique et en Colombie : celui qui veut voyager dans l’année doit faire en courant le tour du pâté de maison sur les douze coups de minuit avec une valise dans une main, et évidemment de l’argent dans l’autre, pour le voyage.

Au Mexique toujours, il faut par ailleurs manger un grain de raisin à chaque coup de minuit, sans s’étouffer ! La tradition vient d’Espagne. Manifestement, à la fin du XIXe siècle, il y avait une surproduction de raisin, et il fallait écouler les stocks.

Mais en Amérique latine, l’évènement le plus impressionnant se passe au Chili, dans le port de Valparaiso, où 17 feux d’artifice sont tirés de 17 bateaux. On vient de tout le sud du continent sud-américain, où il faut le rappeler, c’est le plein été. Donc, au programme : fêtes dans les rues et pas de foie gras mais des barbecues !

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.