Accéder au contenu principal
Culture / Attentat de Paris

Un an après les attentats de Paris, le chanteur Sting rouvre le Bataclan

Vue de la mythique salle de spectacle parisien Bataclan, après la rénovation. Photo prise le 8 novembre 2016, presque un an après les attentats de Paris du 13 novembre 2015.
Vue de la mythique salle de spectacle parisien Bataclan, après la rénovation. Photo prise le 8 novembre 2016, presque un an après les attentats de Paris du 13 novembre 2015. REUTERS/Charles Platiau

Un an moins un jour après l'attentat sanglant qui a fait 90 morts et des centaines de blessés en son sein, le Bataclan rouvre ce samedi 12 novembre ses portes avec un concert dont les billets se sont arrachés en un temps record depuis mardi dernier. Le chanteur britannique Sting va être le premier à faire résonner cette salle mythique parisienne après huit mois de travaux de rénovation. Le début du concert est prévu à 21h.

Publicité

C'est une star britannique qui va illuminer le Bataclan le soir de sa réouverture. Le chanteur Sting n'a pas hésité à répondre à l'appel, lorsque la commission de sécurité de la préfecture de police à Paris a enfin donné son accord, il y a seulement une semaine. L'artiste de 65 ans connaît les lieux pour y avoir joué avec son ancien groupe Police en 1979.

Entre-temps, la salle a été refaite à neuf, mais en même temps à l'identique - à quelques détails près : avec un hall d'entrée plus lumineux et un panneau en lettres rouges dansantes.

« Célébrer la musique et la vie » au Bataclan

C'est pour « célébrer la musique et la vie » que Sting a accepté cet engagement bénévolement. Les recettes des mille billets, vendus en moins d’une demi-heure, seront versées à deux associations, « Life for Paris » et « 13 novembre: fraternité et vérité ». Les 500 autres places sont prévues pour les invités, essentiellement les familles des victimes, quelques rescapés et une poignée d'officiels.

La musique d'abord, les commémorations après - tel était également les vœux des fondateurs du Bataclan. Sur sa devanture, une plaque sera posée le lendemain du concert, jour anniversaire du drame, tandis que la salle, elle, restera fermée.

► (Re-)Lire nos articles sur les attentats de Paris

On a envie d'y être, c'est comme un chemin qu'on parcourrait avec eux, on va penser à eux, vivre l'émotion d'un concert... même si les circonstances sont tragiques, il faut rester debout

Pour Nadine Ribet-Reinhart, de l'association «Fraternité et vérité», dont le fils a été tué au Bataclan, aller au concert permet aussi de panser les épreuves vécues au long de l'année

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.