Accéder au contenu principal
Chine

Chine: le succès vertigineux de la littérature francophone

Le salon du livre à Shanghai. La Chine est le principal acheteur de droits de livres francophones.
Le salon du livre à Shanghai. La Chine est le principal acheteur de droits de livres francophones. LIU JIN / AFP

La Chine, nouvel eldorado des auteurs francophones ? Si l'on en croit les données du syndicat professionnel des éditeurs français, ce pays est le principal acheteur de droits de livres français. Mais à condition qu'ils ne heurtent pas la censure.

Publicité

Les statistiques dévoilées jeudi 29 juin par le Syndicat national de l'édition (SNE) sont éloquentes. En 2016, plus de 2 100 titres ont été cédés à des éditeurs chinois. C'est aussi en chinois que les traductions de titres français ont été les plus nombreuses l'an dernier. Il y a eu plus de livres français traduits en chinois que dans n'importe quelle autre langue. A titre d'exemple, seuls 836 titres français ont été traduits en anglais l'an dernier.

« En Chine, tout prend des proportions gigantesques. Cela fait exploser les compteurs », se félicite Pierre Dutilleul, le directeur général du SNE. Tous les secteurs du livre sont concernés par l'appétence des Chinois pour les œuvres en français. « Mais ce sont surtout les classiques » qui retiennent leur attention, explique Pierre Dutilleul.

Premier acheteur des livres jeunesse

Mais pas seulement. A l'automne dernier, la plupart des éditeurs français de livres pour la jeunesse ont participé pour la première fois à la Foire du livre jeunesse de Shanghai. Depuis 2015, la Chine est le premier acheteur de droits pour la littérature jeunesse française. Cela pourrait néanmoins changer, puisque les autorités ont annoncé qu'elles entendaient réduire le nombre de livres jeunesse écrits par des étrangers et importés dans le pays.

Certains auteurs français sont devenus des stars en Chine. C'est le cas notamment de deux auteurs à grand succès en France: Guillaume Musso et surtout Marc Levy, « véritablement adulés » là-bas.

Censure et interdiction

Mais la médaille a aussi son revers. Un célèbre auteur français, s'exprimant sous couvert de l'anonymat « pour protéger sa traductrice et son éditeur chinois », raconte que son livre, succès en France et traduit en chinois, a été interdit par les autorités communistes six mois après sa mise en vente.

« La directive des autorités chinoises a été brutale. Elles ont demandé à mon éditeur de détruire les livres en sa possession et de ne pas faire de réimpression », raconte l'écrivain. « Dès la décision connue, mes livres se sont arrachés durant les quelques jours (...). Ma traductrice en a elle-même acheté cinq sur internet », dit en souriant le romancier. Elle « m'a raconté que c'était comme du temps de l'Union soviétique, en plus tendu ».

(avec AFP)

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.