Accéder au contenu principal
Festival d’Avignon / Danse / Théâtre

Festival d’Avignon: Akram Khan se joue du diable

« Outwitting the Devil », chorégraphie d’Akram Khan au Festival d’Avignon.
« Outwitting the Devil », chorégraphie d’Akram Khan au Festival d’Avignon. © Christophe Raynaud De Lage / Festival d’Avignon

Akram Khan, le chorégraphe britannique d’origine bangladaise, a pris place dans la scène mythique de la Cour d’honneur du Palais des papes pour présenter sa dernière création au Festival d’Avignon : « Outwitting the devil », qui peut se traduire par « se jouer du diable ».

Publicité

Quand on rentre dans la cour du Palais des papes, c’est le décor qu’on voit d’abord. Akram Khan a conçu un rectangle noir au milieu de la scène, entouré de pierres alignées symétriquement. Pierres tombales ? Symbole d’un monde en destruction ?

« Une fresque socio-environnementale ». C’est ainsi qu’Akram Khan définit sa création qui prend sa source dans divers récits et mythes de l’humanité. Six danseurs occupent l’espace, le plus âgé a 68 ans. Ils sont d’origines diverses et mêlent les gestes traditionnels, de la danse indienne à la danse contemporaine.

Ils forment une meute et s’en prennent à l’un d’eux, la danse se fait combat, déchirement, cris. Des interprètes exceptionnels, mais peu soutenus par une dramaturgie mince et une chorégraphie répétitive qui noient le spectacle dans l’excès et le pathos d’emblée. Le tout sur une musique pesante et pompeuse. Beaucoup de clichés pour cette fin du monde annoncée.

À lire aussi : Festival d’Avignon: «Outside», de Kirill Serebrennikov, une ode à la liberté

À lire aussi : Festival d'Avignon: quand le théâtre donne une nouvelle place aux spectateurs

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.