Accéder au contenu principal
Culture / Afrique

Culture africaine: 80 rendez-vous en 2020

« Kitwana's Journey », il était une fois un garçon nommé Kitwana, un garçon qui riait, jouait, allait à l'école… Film d’animation de la réalisatrice kenyane Ng’endo Mukii, présenté au Festival international du court métrage de Clermont-Ferrand 2020.
« Kitwana's Journey », il était une fois un garçon nommé Kitwana, un garçon qui riait, jouait, allait à l'école… Film d’animation de la réalisatrice kenyane Ng’endo Mukii, présenté au Festival international du court métrage de Clermont-Ferrand 2020. © Ng'endo Mukii (Ng'endo Studios LTD)

Quels seront les rendez-vous phares de la culture africaine en 2020 ? Du concours d’écriture « Voix d’Afriques » en passant par la Journée mondiale de la Culture africaine, jusqu’à la Dakar Fashion Week, le Festival afropolitain nomade à Kigali ou la saison Africa 2020. Envoyez-nous vos « incontournables » à l’adresse rfipageculture@yahoo.fr. Voici 80 propositions.

Publicité

Janvier

La 4e édition du Festival international de Porto-Novo s’est déroulée entre le 4 et 12 janvier au Bénin, avec plus de 1 200 masques et un million de festivaliers, mais aussi la projection du premier film réalisé au Bénin par un réalisateur béninois, Sous le signe du Vaudou (1973), de Pascal Abikanlou.

Du 9 au 12 janvier, à Ouagadougou, le 5e Soko Festival a réuni plus d’une vingtaine de musiciens et artistes de Burkina Faso, Mali, Ghana et Togo, sous le parrainage d’Étienne Minougou, fondateur des Récréatrales.

Au 28e Festival Suresnes Cités Danse(11 janvier – 2 février), en région parisienne, le hip-hop entre en fusion avec la création contemporaine internationale. Salim Mazé Hamadi Moissi des Comores questionne son attachement à son pays et ses influences arabes, africaines et indiennes.

Radio France internationale a créé un nouveau prix littéraire. En partenariat avec les éditions Jean-Claude Lattès, RFI lance le concours d'écriture « Voix d'Afriques ». L’objectif est la découverte des nouvelles plumes sur tout le continent africain. Vous avez moins de 30 ans, vous êtes majeur-e, vous n'avez encore rien publié, mais vous rêvez d'écrire un roman ? Alors vous pouvez tenter votre chance et participer à ce concours d'écriture jusqu'au 15 janvier 2020. Le prix sera remis en juin à Paris.

Au Maroc, le 14 janvier, le premier Musée national de la photographie a ouvert ses portes à Rabat. Implantée dans l’enceinte du Fort Rottembourg « Borj El Kebir », une fortification érigée à la fin du XIXe siècle sur la corniche de Rabat, la nouvelle institution s’engage à rendre plus visibles les jeunes photographes émergents. Le photographe Yassine Alaoui Ismaili, alias Yoriyas, a conçu l’exposition inaugurale.

En Belgique, du 15 janvier au 1er février, la galerie bruxelloise Ambre Congo invite à découvrir la peinture congolaise (1926-1960) sous le titre De Lubaki à Mode Muntu.

Prête-moi ton rêve, cette exposition panafricaine itinérante conçue à Casablanca par la Fondation pour le Développement de la Culture contemporaine africaine montre encore jusqu’au 28 janvier des œuvres d’artistes de toute l’Afrique au Musée des civilisations noires à Dakar, au Sénégal.

Entre le 21 et 26 janvier, le Festival international documentaire (FIPADOC) à Biarritz promet « des œuvres d’exception sélectionnées aux quatre coins du monde ». Entre autres, on pourra observer le travail dans une ferme piscicole dans un camp de réfugiés sahraouis dans le désert algérien ; éclaircir l’accident d’avion mystérieux du secrétaire général de l’ONU, le Suédois Dag Hammarskjöld, à la frontière de la Rhodésie en 1961 ; suivre une dizaine d’anciens délinquants congolais devenus musiciens percussionnistes dans le quartier populaire de Barumbu, à Kinshasa…

AWA African Women Artists nous invite du 23 janvier au 29 février à la Galerie Art-Z, à Paris. « La diversité des œuvres exposées tend à montrer que l’étiquette d’"artiste femme africaine" ne veut rien dire. » En même temps, il s’agit de montrer ces artistes « restées à l’ombre du discours officiel patriarcal et occidental ».

Le 24 janvier sera célébrée la Journée mondiale de la Culture africaine. Organisée par le Réseau africain des promoteurs d’événements culturels (Rapec), la date est un hommage à la Charte de la renaissance culturelle africaine, votée le 24 janvier 2006 par l’Union africaine. Internationalement célébrée, c'est d'abord Marrakech qui a été élue comme première capitale africaine de la Culture 2020 avant que les autorités marocaines ne décident de donner à Rabat le prestigieux titre.

Là où l’âme se plait, une sélection d’une vingtaine d’artistes contemporains du Bénin est présentée dans le foyer du Carrousel du Louvre, à Paris, entre le 29 et le 31 janvier. Une initiative organisée par le Collectif des artistes du Centre (CAC) d’Abomey-Calavi, Bénin.

Direction New York pour découvrir l’histoire des arts visuels du Sahel occidental. Du 30 janvier au 10 mai, le Metropolitan Museum of Art propose Sahel : Art et Empires sur les rives du Sahara, la première exposition qui retrace l’héritage des anciens empires du Sahel, cette vaste région d’Afrique située au sud du désert du Sahara et comprenant aujourd’hui le Sénégal, le Mali, la Mauritanie et le Niger. 200 objets mettront en lumière l'art et la culture des empires du Ghana (300-1200), du Mali (1230-1600), de Songhaï (1464-1591) et de Ségou (1640-1861).

Porter un autre regard sur la culture malienne est l’ambition d’un festival unique en son genre. L’Essonne Mali Festival, parrainé par Oxmo Puccino, est basé sur un partenariat entre le département de l’Essonne, en région parisienne, et le Mali. Il présente, entre le 31 janvier et le 9 février, de nombreux événements et créations d’artistes du Mali et de l’Afrique de l’Ouest, des concerts, des expositions, des spectacles de danse, de théâtre et du cinéma.

Du 31 janvier au 8 février se déroule le Festival international du court métrage de Clermont-Ferrand, dans le centre de la France. Dans la compétition 2020 du plus grand festival du monde dédié aux courts métrages, on trouve des films du Ghana, d'Égypte et d'Afrique du Sud, sans parler de la sélection spéciale « Regards d’Afrique » avec une flopée de jeunes cinéastes africains qui donnent « le ton d’une Afrique nouvelle ».

Vous avez jusqu’au 31 janvier pour envoyer votre candidature pour le Prix littéraire France-Togo 2020. Créé en 1985 dans le cadre de son soutien à la Francophonie et doté de mille euros, ce prix biennal encourage et favorise la découverte de jeunes talents (âgés de moins de 40 ans) de nationalité togolaise et d’expression française dans les genres littéraires suivants : roman, pièce de théâtre, essai, conte ou œuvre poétique.

Février

« Affronter sa peur » est le thème de l’édition 2020 du In Out Dance Festival à Bobo-Dioulasso, au Burkina Faso. Entre le 1er et le 9 février, ce festival international fait partie des plus importants événements de danse contemporaine sur le continent africain. Les pays invités : Allemagne, Bénin, Belgique, Burkina Faso, Burundi, Canada, Côte d’Ivoire, France, Ghana, Hollande, Israël, Mali, Togo, États-Unis.

« Culture et lien social – ensemble, ça va mieux » s’intitule le 11e Festival Rendez-Vous Chez Nous à Ouagadougou. Du 1erau 16 février, ce festival des arts de rue propose spectacles, formations, rencontres et scénographies. L’année dernière, il avait rassemblé 50 compagnies d’Afrique de l’Ouest et d’Europe ainsi que 220 000 spectateurs.

Dans le cadre du Black History Month, Cotonou Creative et Artisttik Africa invitent à participer au plaidoyer pour déclarer la traite des Noirs et l’esclavage crime contre l’humanité. Le rendez-vous aura lieu le 4 février à 16h au Centre culturel Artisttik Africa, à Cotonou, au Bénin, en présence de Karfa Sira Diallo et Camille Amouro.

À Ségou, du 4 au 9 février, la 16eédition de Ségou’Art, le Festival sur le Niger ouvre ses portes sous le signe de « Réconciliation & Cohésion sociale » avec une caravane culturelle pour la paix, des concerts géants sur les berges du fleuve Niger, un salon d’art contemporain, du théâtre, de la danse, des master class…

« Un poème qui n’est pas le nôtre ». Du 5 février au 5 juillet, la première grande rétrospective consacrée à William Kentridge dans un musée français explore tous les médiums du grand artiste sud-africain : dessin, gravure, sculpture, tapisserie, film d’animation, performance, installation vidéo… Le Lille Métropole Musée à Villeneuve-d’Ascq (LaM) promet une vision à la fois poétique et critique de sujets délicats comme la décolonisation, l’apartheid ou le rôle de l’Afrique dans la Première Guerre mondiale.

Rendez-vous majeur de la scène artistique en Afrique, la 8e édition de l’Investec Cape Town Art Fair, au Cap, en Afrique du Sud, se déroule entre le 13 et 16 février. Un rendez-vous incontournable au niveau international pour les artistes et le marché de l’art pour célébrer l’art de l’Afrique du Sud et du continent africain en général.

La 7e Fête du livre de Kinshasa, en RDC, ouvre le 14 février ses portes. Parmi les écrivains invités se trouvent In-Koli Jean Bofane, Julien Loiseau, Gauz, Wilfried N’Sondé… pour échanger et partager les littératures au présent.

L’exposition Maroc, une identité moderne raconte comment sont reliés la tradition millénaire, la production populaire et l’art moderne et contemporain. Du 15 février au 14 juin, l’Institut du monde arabe à Tourcoing fait le récit d’une rencontre : celle de la créativité populaire marocaine et des artistes du Groupe de Casablanca : Farid Belkahia, Mohammed Melehi, Mohamed Chabâa, Mohamed Hamidi…

La 12e Rentrée littéraire du Mali qui accueille chaque année 50 000 festivaliers et une centaine d’écrivains des cinq continents aura lieu du 18 au 23 février à Bamako, Sikasso, Djenné et Tombouctou. Sous le thème « Petites histoires et grands récits », l’événement littéraire de référence du pays propose des cafés littéraires, des lectures, des dédicaces, des débats, des ateliers, des spectacles et des prix littéraires.

Les Rencontres Audiovisuelles de Douala (RADO) fêtent entre le 21 et 28 février leur dixième anniversaire. Sous le thème « Dynamique des festivals et des nouveaux médias en Afrique », le festival propose 24 films, dont une sélection de films primés par des festivals partenaires comme le Fespaco, le JCC ou Vues d’Afrique. L’invité d’honneur est la Tunisie.

Have You Seen A Horizon Lately ? Tirée d’une chanson de Yoko Ono, l’exposition fait résonner les questions comme l’écologie, la répartition des richesses ou la colonisation des territoires à travers d’une sélection d’œuvres d’artistes internationaux comme Yoko Ono, Kapwani Kiwanga, mais aussi la jeune photographe nigériane Rahima Gambo ou l’artiste-peintre marocaine Amina Benbouchta. Du 25 février au 19 juillet au Musée d’art contemporain africain Al Maaden (Macaal) de Marrakech.

La 4e édition du Festival Afropolitan au Palais des Beaux-Arts à Bruxelles, en Belgique, invite « des artistes et le public à célébrer leurs héroïnes et héros » : Fela Kuti, Miriam Makeba, Toni Morrison… Le rendez-vous propose entre le 28 février au 1er mars des concerts, des films, des performances et des défilés de mode et un concert exclusif du groupe légendaire congolais Zaïko Langa Langa qui fête ses 50 ans.

Mars

Le Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient (PCMMO) aura lieu du 3 au 21 mars en Seine-Saint-Denis, mais aussi à Paris. La 15e édition du Festival nous amènera à la découverte de l’Iran, mais fera aussi un détour par l’Algérie « avec une fenêtre sur le cinéma documentaire contemporain ».

Trente ans après le tournant avec Les Magiciens de la Terre, le Centre Pompidou-Paris poursuit l’exploration de l’histoire des arts non occidentaux avec l’exposition Chine – Afrique. Du 4 mars au 25 mai, l’histoire occidentale sera interrogée à partir des relations entre la Chine et l’Afrique.

Du 12 mars au 26 juillet, l’Institut des cultures d’Islam à Paris présente Croyances, faire et défaire l’invisible. Dans cette exposition conçue par Jeanne Mercier, cofondatrice de la plateforme Afrique in Visu, des artistes photographes et vidéastes explorent la puissance évocatrice des religions, superstitions et mythes du continent africain.

La troisième étape de l’exposition panafricaine itinérante Prête-moi ton rêve aura lieu du 12 mars au 19 avril à Abidjan. L’exposition inaugurale du Musée des cultures contemporaines Adama Toungara d’Abodo réunit 28 artistes de 15 nationalités.

L’Institut du Monde arabe propose dans neuf lieux culturels Le Printemps de la danse arabe 2020 réunissant des chorégraphes de Syrie, Palestine, Maroc, Égypte, Tunisie… La soirée de lancement sera assurée le 18 mars par deux créations hip-hop : « Blow » de Karim KH et « Iskio » de Saïdo Lehlouh & Johanna Faye, la clôture par des interprètes français, tunisiens et algériens réunis dans le cadre de la Petite Université de la Danse avec une chorégraphie singulière, Re/Sources.

En Turquie, L’Afrique en mouvement souhaite mettre en avant « une nouvelle esthétique africaine ». L’exposition au lycée Notre Dame de Sion à Istanbul réunit entre autres des œuvres du photographe sénégalais Aldi Diasse, du sculpteur burkinabè Boureima Ouédraogo ou de l’artiste plasticien congolais Serge Mienandi, du 19 mars au 17 avril.

Au Maroc, la 25e édition du Festival international du cinéma méditerranéen de Tétouan décernera fin mars son prix Tamouda. Entre le 21 et 28 mars, 10 000 spectateurs sont attendus pendant cet événement cinématographique ayant pour but de « refléter la richesse et la diversité des œuvres cinématographiques de la Méditerranée ».

Jusqu’au 22 mars, la Fondation Clément organise la première exposition en Martinique et dans les Caraïbes de Pascale Marthine Tayou. Selon l’artiste camerounais, « Black Forest n’est pas un projet artistique, c’est une promenade in-live sur les pistes interminables de nos doutes existentiels. »

Du 23 au 28 mars, la Biennale de la danse en Afrique présente l’état de l’art chorégraphique sur le continent. Après Ouagadougou en 2016, le rendez-vous des talents chorégraphiques se tient cette année à Marrakech.

Avril

Après une première édition en 2018 à Ouagadougou, le Festival Série Series Africa pose ses valises en avril 2020 à Abidjan. L’appel à séries est déjà ouvert. Conçues par et pour les professionnels et ouvert au public, ces rencontres panafricaines dédiées aux séries forment un espace d’échange, de formation et de mise en lumière des talents africains.

Le 36e Festival international de cinéma Vues d’Afrique aura lieu du 17 au 26 avril à Montréal, au Québec. L’événement se considère comme un organisme de référence pour l’information et la diffusion de productions culturelles sur l’Afrique, les pays créoles et leurs diasporas.

C’est le plus important événement cinématographique de Madagascar, organisé en association avec l’Institut français de Madagascar et RoziFilms, entre le 17 et 25 avril. La 15e édition des Rencontres du film court de Madagascar est dédiée au « changement climatique » et invite tous les réalisateurs et producteurs panafricains à montrer à Antananarivo et plusieurs villes en province leurs courts-métrages, fictions, documentaires et animations et concourir pour le Zébu d’or.

Du 20 au 26 avril, le festival L’Afrique en marche propose à Vincennes une semaine de concerts, expositions, spectacles et conférences pour « découvrir une Afrique positive ».

Tout le monde connaît Khéops, Toutânkhamon et Cléopâtre, mais qui se souvient de Téti, des Sésostris (I - II et III) ou de Nectanébo ? Du 29 avril au 17 août, au MuCEM, à Marseille, Pharaons Superstars mène l’enquête : pourquoi certains rois et reines de l’Égypte ancienne sont devenus des icônes internationales.

Mai

Le Musée de la Grande Guerre à Meaux organise du 8 mai au 17 août un Hommage aux soldats coloniaux. L’installation de l’association Remem’beur « retrace la participation des troupes coloniales, leurs conditions de vie et les préjugés raciaux auxquels elles ont dû faire face ».

Du 7 au 10 mai, la 8e édition de la Nollywood Week Paris raconte ses « success stories ». Le mot d’ordre du festival du cinéma nigérian : « Avec Nollywood, c’est l’Afrique qui se raconte à elle-même et au monde ».

La 73e édition du Festival de Cannes se déroulera du 12 au 23 mai. Depuis 1975 et la Chronique des années de braise de l’Algérien Mohammed Lakhdar-Hamina, on attend toujours la deuxième Palme d’or remportée par un cinéaste africain. En 2019, avec Atlantique, la Franco-Sénégalaise Mati Diop est devenue la première cinéaste femme d’origine africaine ayant remporté le Grand Prix à Cannes.

Makay, un refuge malgache nous renvoie à une forteresse totalement inexplorée, des vallées de plusieurs centaines de mètres. Située au sud-ouest de Madagascar, cette œuvre monumentale de la nature et trésor de la biodiversité sera présentée du 15 mai au 7 mars 2021 au Musée des confluences dans une exposition immersive pour explorer ce labyrinthe géologique inconnu.

Mi-mai commence le 27e New York African Film Festival (NYAFF), d’abord à la Film Society of Lincoln Center, suivi par une programmation au Maysles Cinema et à la Brooklyn Academy of Music’s Cinématek. Un rendez-vous réputé pour son mélange savant entre films contemporains, films cultes et débats avec le public.

La 14e Biennale de l’art africain de Dakar est placée sous le thème « Ĩ’ Ndaffa/ Forger/Out of the fire » et déclinée dans les trois langues sérère, français et anglais. Du 28 mai au 28 juin, le Ghana et la Chine seront les pays invités d’honneur de cette édition sous la direction artistique du Sénégalais El Hadji Malick Ndiaye. Dak’Art 2020 coïncide avec le trentième anniversaire de ce rendez-vous majeur de l’art africain.

Juin

Le 1er juin, un concert d’Angélique Kidjo à la Philharmonie de Paris constitue le point de départ de la saison culturelle Africa 2020 sur tout le territoire français. La chanteuse béninoise, marraine de l’événement, revisitera l’album mythique Remain in Light des Talking Heads pour le transporter vers le continent africain.

Début juin, on attend aussi la 3e édition de la Douala Art Fair. En 2019, elle avait mis en lumière une centaine d’œuvres d’art d’artistes d’Afrique centrale sous le thème : Flying Over Central Africa : Déjouer les clichés.

Du 5 au 14 juin aura lieu la 16e Caravane des cinémas d’Afrique. Cette Biennale à Ste-Foy-lès-Lyon en France tient à « diffuser et promouvoir la création cinématographique méconnue du continent africain ».

Du 10 au 14 juin, la 18e Dakar Fashion Week devient le centre de la mode en Afrique en célébrant les richesses culturelles du continent, mais aussi l’émancipation de la femme noire.

The Power Of My Hands. L’exposition au Musée d’Art moderne de Paris présente du 12 juin au 1er novembre les œuvres d’une douzaine de femmes originaires de plusieurs pays du continent africain et de la diaspora, entre mémoire, famille, tradition, religion et imagination.

Le 13 juin ouvre à Paris le nouveau site de 7 000 mètres carrés de la Fondation François Pinault, la Bourse de Commerce, remodelée par l’architecte japonais Tadao Ando. Grand amateur de l’art du XXe et XXIe siècle, Pinault possède près de 5 000 œuvres dont des chefs d’œuvres de l’art africain. Reste à savoir quelle place aura sa collection dédiée aux artistes du continent africain.

Les bruits de l’époque coloniale s'intitule la prochaine édition du Salon des Bruits de Kinshasa dans le cadre du Festival international des Sonorités de Kinshasa, du 15 au 21 juin. Le Fisokin, événement à la fois scientifique et culturel, contribue à la lutte contre la pollution sonore par des actions artistiques et encourageant la préservation des sons moins signifiants à travers des ateliers, conférences et prestations artistiques.

Ubuntu, un rêve lucide s’intitule une exposition au Palais de Tokyo, à Paris, sous l’égide de Marie-Ann Yemsi. Du 19 juin au 13 septembre, les œuvres d’une vingtaine d’artistes ou de collectifs investissent Ubuntu, « un espace encore infréquenté de nos imaginaires et nos connaissances. Ce terme issu des langues bantous du Sud de l’Afrique conjugue les notions d’humanité, de collectif et d’hospitalité ».

En juin se tient traditionnellement le Festival international Assalamalekoum Nouakchott, événement emblématique de la culture hip-hop en Mauritanie. « Il permet à la jeunesse mauritanienne de s’associer à l’expression de la diversité de la création, et lui offre la possibilité de s’investir dans un projet à son image ».

À Yaoundé, Mis Me Binga (« L’œil des femmes ») fêtera entre le 23 et 27 juin sa onzième édition. Le Festival international de films de femmes nous dévoile « Le Monde vu par elles ».

Une Afrique en couleurs promet le Musée des confluences à Lyon. Du 26 juin 2020 au 7 mars 2021, l’art africain quotidien et populaire investit les salles avec des masques, des statuettes et des pagnes où la couleur est reine.

Crées en 1970, quand la photographie était encore considérée comme un art « mineur », les Rencontres d’Arles fêteront cette année leur cinquantième anniversaire avec un volet consacré au Soudan. Du 29 juin au 30 septembre, l’événement majeur de la photographie battra son plein avec une quarantaine d’expositions et des photographes du monde entier sachant que le Festival n’a jamais ignoré la créativité issue du continent africain.

Juillet

La 72e édition du Festival d’Avignon aura lieu entre le 3 et le 23 juillet. RFI y recommencera son aventure théâtrale et radiophonique Ça va, ça va le monde !, un cycle de lectures de six textes d’auteurs contemporains francophones issus d’Afrique, du Proche-Orient et de l’océan Indien.

Du 7 au 11 juillet, le Festival afropolitain nomade pose ses valises à Kigali, capitale du Rwanda. Cette année, la plateforme d’échanges interculturels et artistiques s’occupe de « L’émergence de la culture et des arts en Afrique à travers l’égalité des genres ».

Le festival Africajarc fêtera en juillet sa 22e édition dans le sud de la France. Tout avait commencé en 1997, quand une troupe d’artistes burkinabè et togolais avait donné un concert à Cajarc, dans cette petite ville située dans le Lot. Entre expositions, littérature, danse, théâtre, musique et cinéma, la programmation s’annonce comme toujours éclectique et centrée autour des cultures africaines.

« Faut-il réinventer la critique d’art en Afrique ? ». Au Burkina Faso, du 20 au 26 juillet, la 1ère Semaine panafricaine de la critique d’art (Sepaca) essaie de réunir à Ouagadougou l’ensemble des critiques d’Afrique et du monde pour réfléchir comment « replacer la critique au cœur du projet culturel ».

Au Togo et au Bénin aura lieu la 16e édition du FesConte. Fin juillet et début août, le festival propose des ateliers de conte et de chants épiques, des soirées d’humour et de slam, des spectacles de conte tout public.

Août

En août, au Bénin, le studio ouest-africain des écritures dramatiques jeunesse Échafaudages donne rendez-vous à des auteurs et accompagnateurs en écriture dramatique jeune public à Cotonou. Initié par Sudcréa et coordonné par Sedjro Giovanni Houansou, prix RFI-Théâtre, le studio réunira des jeunes de 16 à 21 ans - en provenance du Bénin, des pays d’Afrique de l’Ouest, de la France et du Canada - face à des professionnels. Les textes seront ensuite mis au plateau grâce aux dispositifs théâtraux Didascalies du monde et Embuscades de la scène.

Également en août est attendue dans la ville tunisienne Tazarka la 24e édition du Salon international de la bande dessinée de Tazarka. Situé à 66 kilomètres au sud-est de Tunis, c’est un rendez-vous historique du « Neuvième Art » sur le continent africain.

Du 25 au 30 août, le Festival du film francophone d’Angoulême (FFA) apportera un hommage au cinéma algérien. Qui succédera aux Hirondelles de Kaboul pour le Valois de diamant ?

À Accra, au Ghana, le festival d’arts de rue Chale Wote (« Mec ! On y va ! ») s’installe habituellement à la fin du mois d’août dans le quartier de pêcheurs de Jamestown. Deux cents artistes (peintres, photographes, danseurs, acrobates, musiciens) du pays et de l’international et 20 000 visiteurs sont attendus pour partager la joie et la culture.

Septembre

Du 23 septembre au 3 octobre, le Festival des francophonies Zebrures d’automne ouvrira ses portes à Limoges. Ce rendez-vous incontournable de la création francophone sera fortement imprégné par la saison culturelle Africa 2020. À cette occasion RFI décernera à nouveau son prix RFI-Théâtre. Qui succédera à l’écrivaine libanaise Valérie Cachard ?

La Rencontre international de l’art contemporain de Brazzaville se tient habituellement en septembre. Créé par la peintre et écrivaine congolaise Bill Kouelany, fondatrice des Ateliers Sahm, le RIAC propose aux artistes des ateliers et formations dans les domaines de la peinture, la performance, la critique d’art, la photo et la vidéo.

Octobre
Début octobre, la 31e édition du Festival du Film arabe de Fameck continue à promouvoir une cinématographie émergente. Qui succédera au Grand Prix 2019 décerné à Fatwa, du réalisateur tunisien Mahmoud Ben Mahmoud ?

Fondée par Touria El Glaoui en 2013, la foire 1-54 à Londres est devenue le plus important rendez-vous de l’art contemporain venu d’Afrique et de sa diaspora. L’édition 2020 aura lieu du 8 au 11 octobre, précédée d’éditions à Marrakech (20-23 février) et à New York (8-10 mai).

Les Journées cinématographiques de Carthage (JCC) démarrent traditionnellement fin octobre et constituent le plus ancien festival de cinéma du Sud valorisant le cinéma d’Afrique subsaharienne et du monde arabe. Il se définit également comme un laboratoire pour les libertés. Quel film succédera au Tanit d’or pour Noura rêve du réalisateur tunisien Hinde Boujemaa ?

Les amoureux de la photographie africaine se retrouvent fin octobre à LagosPhoto. Lancé en 2010, le premier festival international dédié à la photographie au Nigeria organise pendant un mois des expositions, des workshops et discussions, mais investit aussi l’espace public.

Jusqu’au 25 octobre, le musée Zeitz Mocaa, au Cap, en Afrique du Sud, propose Two Together. L’exposition inaugure un nouvel espace thématique pour les artistes africains et des diasporas : deux œuvres, deux artistes ou deux sujets entrent en dialogue ou en confrontation sur un sujet comme l’histoire des routes de l’esclavage.

Avec plus de mille maisons d’édition de plus de trente pays, le Salon international du livre d’Alger figure parmi les manifestations littéraires les plus importantes de la région. La 25e édition est attendue fin octobre.

Novembre

Du 4 au 7 novembre se tiendra au Centre culturel franco-guinéen de la capitale guinéenne le 4e Salon international du livre de jeunesse de Conakry. L’édition 2020, dont le pays invité officiel sera la France, réunira des écrivains et éditeurs africains de livres de jeunesse de Guinée, de Côte d’Ivoire, du Ghana, du Burkina Faso, du Mali, du Maroc, du Bénin, du Sénégal et du Togo.

Début novembre se déroule traditionnellement à Londres le festival Film Africa, le plus grand rendez-vous « du meilleur du cinéma africain », un festival organisé par la Royal Africa Society.

Akaa, la foire d’art contemporain autour de la création africaine organisera du 13 au 15 novembre la cinquième édition Also Known As Afrika au Carreau du Temple, à Paris, pour une Afrique sans frontières.

Le 41e Festival des 3 Continents (cinémas d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie) se tiendra du 20 au 27 novembre à Nantes. Après La femme des steppes, le flic et l’œuf, de Wang Quan’an, qui gagnera le prix de la Montgolfière d’or 2020 ?

La pensée contemporaine afro-caribéenne sera au cœur du 3e Salon du livre afro-caribéen, du 28 novembre au 6 décembre. Ce festival culturel à la Cité du Livre et de la Bibliothèque Méjanes à Aix-en-Provence croise les arts, la musique, les arts graphiques et la littérature.

Décembre

Au Sénégal, pendant les deux premières semaines en décembre, le festival Partcours réunira des initiatives culturelles pour en faire une activité culturelle en continu. L’objectif consiste aussi à faire « connaître les quartiers de Dakar à travers l’existence d’espaces d’art ».

Également en décembre, la 17e édition du festival de théâtre Mantsina-sur-scène battra son plein au Congo-Brazzaville. Créé en 2003, entre autres par Dieudonné Niangouna, le festival est aujourd’hui dirigé par Sylvie Dyclo Pomos.

Envoyez-nous vos « incontournables » de la culture africaine en 2020 à l’adresse rfipageculture@yahoo.fr.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.