Accéder au contenu principal

Décès de Claire Bretécher: une dessinatrice pionnière

La dessinatrice française Claire Bretécher est décédée lundi 10 février 2020. Elle avait notamment créer Les Frustrés et Agrippine.
La dessinatrice française Claire Bretécher est décédée lundi 10 février 2020. Elle avait notamment créer Les Frustrés et Agrippine. GEORGES BENDRIHEM / AFP

La dessinatrice de BD Claire Bretécher, créatrice notamment des Frustrés et d'Agrippine désormais orphelins, est décédée en début de semaine à l'âge de 79 ans.

Publicité

C'est pour échapper à l'ennui que Claire Bretécher se lance dans la bande dessinée. Après des études aux Beaux-Arts, elle collabore à l'un des albums de Goscinny puis participe au journal Tintin et à Spirou où elle crée Les Gnangnan. Elle co-fonde ensuite l'Echo des Savanes avec notamment Gotlib.

Avec son style décalé, elle tourne en dérision une certaine classe sociale, la sienne. C’est Roland Barthes qui disait d'elle en 1976 qu’elle était « le meilleur sociologue de l'année ». Un magnifique compliment pour cette dessinatrice qui a nourri son œuvre des portraits de son entourage, cette « gauche caviar » des années 70-90, un peu snob, illustrant les interrogations sociales et politiques de son époque.

Dessinatrice de presse, elle fait paraître dans les années 70 toutes les semaines une planche dans le Nouvel Observateur. Ainsi naissent Les Frustrés qui vont asseoir sa notoriété. Elle se lance ensuite dans l'auto-édition et publie en 1988 le premier album d'Agrippine. Ce personnage d'adolescente boudeuse est sa deuxième oeuvre phare après Les Frustrés et elles sont toutes les deux adaptées en dessin animé.

Une femme dessinatrice dans un univers masculin

Elle fut longtemps la première femme dessinatrice dans un univers très masculin. « Pour moi, c'était une pionnière », nous explique Florence Cestac, autrice de bande dessinée. « Je pense que je n'aurais pas fait de bande dessinée, moi, si elle n'avait pas été là. C'est vraiment la pionnière, qui a ouvert une brèche. Je perds ma grande soeur, ma grande soeur de BD ».

Florence Cestac salue le coup de plume acéré de Claire Bretécher mais aussi son talent de peintre moins connu. « Ses portraits sont absolument magnifiques. Elle était vraiment bourrée de talent. Elle faisait des aquarelles extraordinaires ».

Le ministre de la Culture, Franck Riester a salué la créatrice. «  Claire Bretécher comprenait notre société, nos travers et nos contractions. Sous son trait féroce et drôle, on n’osait se reconnaître mais on n’échappait jamais à un éclat de rire ». Une oeuvre surtout saluée par ses confrères et ses lecteurs qui ont partagé mardi sur les réseaux sociaux regrets et dessins. « Une géante s'en va. Merci Claire », a écrit Étienne Davodeau.

► À écouter aussi : Les bulles de Claire, l'hommage du 7h15 de RFI

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.