Accéder au contenu principal

Albert Uderzo mort, Astérix et Obélix orphelins

Albert Uderzo, le créateur de la célèbre série d’Astérix est décédé dans la nuit du 23 au 24 mars 2020. Le dessinateur de la bande dessinée avait 92 ans.
Albert Uderzo, le créateur de la célèbre série d’Astérix est décédé dans la nuit du 23 au 24 mars 2020. Le dessinateur de la bande dessinée avait 92 ans. © Reuters/Yves Herman/File Photo

Astérix et Obélix sont orphelins. Le dessinateur Albert Uderzo, qui avait créé les célébrissimes personnages de bande dessinée gaulois en compagnie du scénariste René Goscinny, est mort ce mardi 24 mars, à l’âge de 92 ans, « dans son sommeil à son domicile à Neuilly d'une crise cardiaque sans lien avec le coronavirus », a annoncé son gendre Bernard de Choisy.

Publicité

Albert Uderzo trouve la recette de la potion magique du succès un jour d’été caniculaire de 1959. Dans son modeste appartement de Bobigny, en compagnie de son ami René Goscinny, ce fils d’immigrés italiens croque Astérix, Obélix et tout un village d’irréductibles Gaulois.

Né en 1927, naturalisé français à l’âge de sept ans, Albert Uderzo rêve de devenir clown. Mais ce sont ses talents de dessinateur qui le distinguent dès la maternelle. Avec le scénariste René Goscinny, rencontré au début des années 1950, il allie ses deux passions, le dessin et l’humour, en inventant tout d’abord Oumpah-Pah le Peau Rouge, un jeune Indien de la tribu des Pieds Plats qui traverse l’Amérique moderne. Puis quelques années plus tard les Gaulois rebelles qui se battent contre César.

Uderzo et Goscinny partagent le même goût pour l’humour, la parodie et célèbrent avec la série les valeurs de résistance, de solidarité et de démocratie. « On fait très sérieusement quelque chose qui ne semble pas sérieux » confiait, en 1975, Albert Uderzo dans l’émission télévisée Personnages de la vie.

Un bourreau de travail

Dans les années 1960 et 1970, décennies fastes, Uderzo, bourreau de travail, livre chaque semaine au journal Pilote une page d’Astérix et une autre de la série réaliste sur deux pilotes de chasse, Tanguy et Laverdure (avec le scénariste Jean-Michel Charlier).

Le premier album d’Astérix est tiré à 6 000 exemplaires, le deuxième à 20 000, puis les ventes s’envolent de manière exponentielle. En 1966, Astérix et les Normands passe le million d’exemplaires vendus.

À la mort soudaine de René Goscinny, le 5 novembre 1977, Albert Uderzo est anéanti. Il a alors 50 ans et pense prendre une retraite bien méritée. L’album Astérix chez les Belges reste inachevé. Mais les lecteurs l’encouragent à reprendre la suite. En 1979, il relève le défi, achève Astérix chez les Belges et crée les éditions Albert René. Seul, il crée neuf aventures d’Astérix, mais se révèle un bien meilleur dessinateur que scénariste.

Génie du dessin longtemps sous-estimé

Franquin disait de lui que c’était un « grand dessinateur méconnu ». Il est vrai que le génie d’Albert Uderzo a longtemps été sous-estimé par ses pairs dessinateurs. Considéré comme un créateur ringard juste attiré par l’argent, il vivait mal ces attaques, estimant ses contempteurs snobs et jaloux du succès de la série.

De fait, il lui a fallu attendre 1999 pour que le Festival international de la bande dessinée d’Angoulême lui attribue un prix, et encore, un demi-prix, le « Prix spécial du millénaire ». Certes, il n’a pas inventé un style. Son trait fait penser aux créateurs américains de Disney, des Mickeys qu’il lisait enfant. Mais Uderzo est un virtuose du trait bien difficile à égaler, son successeur Didier Conrad le reconnaît.

En 2017, l’auteur Jean-Yves Ferri (à g.) et le dessinateur Didier Conrad posent avec le nouvel album « Astérix et la Transitalique ».
En 2017, l’auteur Jean-Yves Ferri (à g.) et le dessinateur Didier Conrad posent avec le nouvel album « Astérix et la Transitalique ». REUTERS/Philippe Wojazer

Il adoube ses héritiers

Après avoir longtemps assuré que ses personnages ne lui survivraient pas, il laisse finalement la main en 2011 au Jean-Yves Ferri au scénario et Didier Conrad au dessin.

Astérix reste la bande dessinée française la plus connue et vendue au monde : traduits en plus de cent langues, les albums se sont écoulés à plus de 370 millions d’exemplaires, ont inspiré 14 films et un parc d’attraction qui a battu l’an dernier son record de fréquentation (2,3 millions de visiteurs en 2019).

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.