Accéder au contenu principal
Norvège

Norvège: le charbon n'a plus la cote

Une centrale de charbon.
Une centrale de charbon. REUTERS/David Gray

La Norvège n'investira plus dans le charbon. Le fonds de pension public norvégien, le plus gros fonds souverain au monde, va se désengager des entreprises dont une part substantielle de l'activité est liée à cette matière fossile, responsable principale des émissions de gaz à effet de serre.

Publicité

Toute initiative écologique avant le sommet sur le climat à Paris est bonne à prendre. Concrètement le fond de pension norvégien ne va plus investir dans les entreprises dont le charbon représente plus de 30% de l'activité ou du chiffre d'affaires, et ce, grâce à un accord trouvé à l'unanimité au sein de la commission des Finances du Parlement norvégien. Mais attention, derrière le souci écologique affiché il y a aussi une logique économique dans cette décision ; les investissements dans le charbon représentent un risque financier futur. Dans le cadre des efforts contre le réchauffement planétaire, la dévalorisation des énergies fossiles devient une réalité. Et cette politique de désengagement a effectivement commencé ces dernières années.

Pour des raisons financières, le fonds norvégien, financé par la manne pétrolière, s'est désengagé de dizaines d'entreprises d’extraction du charbon, d'exploitation de sables bitumineux ou de production de ciment. Leur modèle économique n’est plus considéré comme viable à long terme. Mais la nouveauté cette fois-ci, c’est que désormais ce choix s’inscrit dans la loi. Et cela pourra avoir un effet boule de neige. Avec 1,3% de la capitalisation boursière mondiale et un poids de 820 milliards d'euros, les décisions du fonds sont souvent imitées par d’autres grands investisseurs.
 

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.