Accéder au contenu principal
Arabie saoudite / Pétrole

Aramco au cœur de la visite du prince héritier ben Salman à New York

Le prince héritier ben Salman doit rencontrer lundi 26 mars 2018 les milieux financiers de New York.
Le prince héritier ben Salman doit rencontrer lundi 26 mars 2018 les milieux financiers de New York. MANDEL NGAN / AFP

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salman poursuit sa tournée de près de trois semaines à travers les Etats-Unis où il doit rencontrer ce lundi 26 mars les milieux financiers à New York. Washington voudrait attirer à la Bourse de New York le géant saoudien pétrolier Aramco.

Publicité

Après sa visite à Donald Trump et s'être rendu hier à Boston, le prince héritier saoudien Mohammed ben Salman sera ce lundi 26 mars à New York. Il doit y rencontrer les milieux financiers, alors que se profile l'entrée en Bourse du groupe pétrolier saoudien Aramco.

Présentée comme l'introduction en Bourse du siècle, la cotation d'Aramco pourrait finalement s'effectuer uniquement sur celle de Riyad. Les grandes Bourses mondiales, parmi lesquelles New York, Londres ou encore Hong-Kong, n'ont pourtant pas ménagé leurs efforts pour tenter de persuader le groupe pétrolier saoudien de venir coter chez elles.

Le président américain Donald Trump avait lui-même appelé les responsables du pays à considérer dans leur choix les places financières américaines. « J'apprécierais énormément que l'Arabie saoudite réalise l'introduction en Bourse d'Aramco à la Bourse de New York. C'est important pour les Etats-Unis ! », avait-il tweeté le 4 novembre alors qu'il s'apprêtait à effectuer une tournée en Asie.

Mais, selon l'information publiée par The Wall Street Journal, les autorités saoudiennes auraient pris une toute autre décision. Les risques juridiques liés à une cotation sur une place étrangère auraient paru finalement insurmontables pour le groupe pétrolier. Mohammed ben Salman ne devrait cependant pas faire d'annonce concernant cette introduction en Bourse lors de sa visite, avance le Wall Street Journal.

Riyad a prévu de placer en Bourse 5 % du capital d'Aramco, ce qui permettrait de rapporter environ 80 milliards d'euros. L'Arabie saoudite a bien besoin de cet argent, le budget de l'Etat accusant un déficit de plus de 75 milliards d'euros. Mais les liens un peu trop étroits que le groupe pétrolier entretient avec l'Etat saoudien rendent nettement plus difficile sa conversion en une société cotée à l'étranger.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.