Accéder au contenu principal
Japon / Automobile

Japon: Hiroto Saikawa charge Carlos Ghosn dans une lettre aux employés de Nissan

Hiroto Saikawa, le directeur général de Nissan lors d'une conférence de presse lundi 19 novembre 2018 à Tokyo.
Hiroto Saikawa, le directeur général de Nissan lors d'une conférence de presse lundi 19 novembre 2018 à Tokyo. REUTERS/Issei Kato

Le directeur général de Nissan Hiroto Saikawa, pressenti pour remplacer Carlos Ghosn à la tête du conseil d'administration du groupe japonais a adressé une lettre interne à ses employés pour leur faire part de ses sentiments après avoir diligenté l'enquête interne qui a abouti à l'arrestation, puis à l'éviction du patron français de Nissan. Hiroto Saikawa revient sur le choc qu'il a créé cette semaine dans le monde de l'automobile en déboulonnant le bâtisseur de l'empire Renault-Nissan-Mitsubishi Motors sans mentionner une seule fois son nom.

Publicité

avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

Cheveux ras, lunette, air sérieux, diplôme de la prestigieuse université de Tokyo, Hiroto Saikawa ne mentionne pas dans son message le nom de celui qui l'a choisi, en 2017, pour lui succéder aux commandes exécutives de Nissan: Carlos Ghosn.
« Ce que nous avons trouvé dans notre enquête, commence-t-il par écrire, est intolérable. Vous seriez surpris si vous lisiez vous-mêmes les résultats» qui ont conduit le patron francais dans une cellule.

Hiroto Saikawa, qui a travaillé durant vingt ans aux côtés de Carlos Ghosn, écrit  qu'il ne peut pas détailler pour le moment les griefs portés contre son ancien mentor. «Il s'agit avant tout de minimiser les conséquences de la crise sur nos opérations, de préserver l'alliance avec Renault», explique t-il.

Un peu plus tôt, le directeur général de Nissan avait dénoncé le trop long règne de Carlos Ghosn, son côté obscur. «Certes, il a beaucoup fait pour Nissan, mais ce sont d'abord les salariés et leurs familles qui ont fait des sacrifices» pour redresser le constructeur automobile. «Je n'ai pas encore digéré l'affaire, c'est très dur», confie encore Hiroto Saikawa. «Nous ne pouvons pas gacher le passé. L'image de Nissan ne doit jamais être détruite».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.