Accéder au contenu principal
France

Financer la restauration de Notre-Dame, l'enjeu du jour d'après

Plusieurs grandes fortunes françaises ont annoncé qu'elles débloqueraient des centaines de millions d'euros pour financer la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame, dévastée par le feu le 15 avril 2019.
Plusieurs grandes fortunes françaises ont annoncé qu'elles débloqueraient des centaines de millions d'euros pour financer la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame, dévastée par le feu le 15 avril 2019. REUTERS/Gonzalo Fuentes

Notre-Dame de Paris sera rebâtie. C'est la promesse du président de la République Emmanuel Macron après l'incendie qui a défiguré la cathédrale lundi 15 avril. Une souscription nationale va être lancée, a annoncé le président français. Les hommages comme les promesses de dons affluent déjà.

Publicité

Alors que les secours ont enfin annoncé la maîtrise totale de l'incendie ce mardi 16 avril, la question du financement de la reconstruction est déjà à l'ordre du jour . La maire de Paris, Anne Hidalgo, a annoncé une contribution de la ville à hauteur de 50 millions d'euros et a suggéré d'organiser une grande conférence internationale des donateurs, tant les messages de soutien à Paris se sont multipliés de par le monde.

L'Unesco s'est aussi dit prête à aider la France à réhabiliter et sauvegarder ce patrimoine inestimable. La présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, a, elle, annoncé le déblocage de 10 millions d'euros d'aide d'urgence pour aider l'archevêché à faire les premiers travaux.

Dans la nuit, deux des plus grandes fortunes de France ont promis des dons très importants. La famille Pinault a annoncé qu'elle débloquerait 100 millions d'euros, la famille Arnault du groupe de luxe LVMH un don de 200 millions d'euros. 

Le géant informatique français Cap Gemini s'est dit « solidaire de l'effort national » et a déclaré verser un million d'euros pour contribuer à la reconstruction de la cathédrale, tout comme Laurent Wauquiez, qui a annoncé, au nom de la région Auvergne-Rhône-Alpes, qu'il préside, le versement de deux millions d'euros. Le géant français du BTP, Vinci, n'a pas annoncé de montant mais souhaite apporter « une partie du financement » de la reconstruction et propose à tous les constructeurs de France « d'unir leurs forces », tout comme la banque BNP Paribas ou encore la Ligue professionnelle de football. Total annonce, de son côté, un « don spécial » de 100 millions d'euros. La famille Bettencourt et L'Oréal donnent 200 millions d'euros.

Autre annonce de soutien, celle de la fondation Fransylvia, qui appelle les propriétaires forestiers à donner chacun un chêne pour Notre-Dame. Michel Druilhe, président de l'interprofession France Bois Forêt, qui réunit les forestiers privés, l'Office national des forêts, les communes forestières, toutes les scieries et entreprises du bois, a également assuré que « toute la filière française du bois va s'organiser pour fournir du chêne français ».

Dès hier soir, Emmanuel Macron a annoncé qu'une souscription nationale allait être lancée pour aider à une reconstruction qui s'annonce longue et difficile. Signe que Notre-Dame reste un lieu auquel tous les Français sont attachés, les connexions au site internet de la Fondation du patrimoine ont explosé dès hier soir.

Toute l'actualité sur Notre-Dame de Paris

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.