Accéder au contenu principal
France / Emploi et travail

France: Delevoye présente ce jeudi ses pistes pour la réforme des retraites

Jean-Paul Delevoye remet ses recommandations au Premier ministre ce jeudi 18 juillet.
Jean-Paul Delevoye remet ses recommandations au Premier ministre ce jeudi 18 juillet. Eric FEFERBERG / AFP

Régimes spéciaux, bonus-malus, âge pivot, départ de l’âge légal… Les partenaires sociaux découvriront les recommandations du haut-commissaire à la réforme des retraites ce jeudi matin. Jean-Paul Delevoye les recevra au ministère du Travail, avant de se rendre à Matignon pour les présenter au Premier ministre. Les prévisions du COR, le Conseil d'orientation des retraites, pointent un besoin de financement de 10 milliards d'euros en 2022 et ne prévoient pas la résorption des déficits avant 2042. Pour garantir les retraites, de nombreux changements sont à attendre.

Publicité

Le gouvernement souhaite créer un régime universel afin de remplacer les 42 régimes existants. Il repose sur le principe que 1 euro cotisé donne les mêmes droits à tous les actifs, sans distinction de statut.

Ce nouveau système restera public, donc pas de main mise sur les retraites par des fonds de pension privés et restera par répartition, les actifs continueront à cotiser pour les retraités. La future retraite à points sera calculée tout au long de la carrière, et non plus sur les meilleures années.

Conformément aux engagements d'Emmanuel Macron, l'âge légal de départ à la retraite reste à 62 ans et le niveau des pensions ne bouge pas, mais un âge pivot à 64 ans pourrait être créé. En clair, les personnes qui partiraient avant 64 ans verraient leur retraite minorée. En revanche, celles qui travailleraient plus longtemps bénéficieraient d'une pension bonifiée.

Pour les syndicats, si l'exécutif souhaite que les actifs travaillent plus longtemps c'est pour réaliser des économies. Ils redoutent qu'à l'occasion du prochain budget de la sécurité sociale, de nouvelles mesures soient annoncées, comme une augmentation des trimestres travaillés pour obtenir une retraite à taux plein. Ou encore un durcissement de la décote en cas de cotisations insuffisantes.

De fait, on va contraindre les travailleurs et les travailleuses à rester plus longtemps au travail pour pouvoir vivre dignement avec leur pension...

Réaction de Pierre Martinez (CGT)

À lire aussi : Le vieillissement de la population: calamité ou nouvel âge d'or?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.