Accéder au contenu principal

Investissements: Coface distribue ses bons et mauvais points

Illustration: dans une usine d'huile d'arachide, la Copeol à Kaolack (Séénga, février 2019).
Illustration: dans une usine d'huile d'arachide, la Copeol à Kaolack (Séénga, février 2019). Sylvain Cherkaoui

Chaque année Coface, l'organisme chargé d'assurer les entreprises françaises qui investissent à l'étranger publie ses évaluations du risque-pays. Une information fondamentale pour les entreprises françaises présentent sur les marchés internationaux. Cette année, quatre pays africains voient leur note évoluer.

Publicité

Deux pays, le Sénégal et Madagascar sont en progression. En revanche deux autres voient leur note dégradée, il s'agit du Burkina Faso et de la Guinée.

Le Sénégal est salué par Coface, l'assureur vient de relever sa note pays de B à A-4, ce qui signifie que le risque d'avoir des défaut de paiement en travaillant au pays de Terranga est « convenable ». Dakar récolte les fruits d'une croissance soutenue par le plan « Sénégal émergent » note l'organisme public français, qui souligne de plus que les perspectives de développement pétrogazier devraient attirer les investisseurs.

Satisfecit aussi pour Madagascar qui passe de la catégorie D à la catégorie C. L'investissement public devrait rebondir sans pour autant accroître de façon dangereuse la dette publique, estime Coface. qui salue au passage une croissance forte autour de 5%.

Les mauvais points

En revanche, le Burkina Faso devient un pays où le risque est jugé « très élevé » par Coface. La dégradation de la situation sécuritaire pèse sur le climat général, sur l'exploitation aurifère. Mais aussi sur le secteur agricole, en raison des 500 000 personnes déplacées.

Même déclassement pour la Guinée. La crise politique autour de la réforme constitutionnelle menace l'appui international indispensable au plan national de développement, souligne Coface. L'assureur pointe aussi le ralentissement de l'économie chinoise qui menace les exportations de bauxite, première richesse du pays.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.