Accéder au contenu principal
Chronique de Jean-Baptiste Placca

Les retombées de la chute du Mur en Afrique

Audio

Publicité

Quoi que vous fassiez, vous n’y échapperez pas ! La commémoration du vingtième anniversaire de la chute du Mur de Berlin est une affaire planétaire. Et l’Afrique ferait mieux d’en tirer sa part d’enseignements, plutôt que de se contenter d’admirer le spectacle.

Dès décembre 1989, au Bénin, le général Mathieu Kérékou, à bout de souffle, accepte de mettre fin au parti unique, et donc au marxisme-léninisme qu’il impose alors comme religion d’Etat. La conférence nationale des forces vives, qu’il concède, en février 1990, le dépouille de toutes ses prérogatives. C’est donc au cœur des bouleversements engendrés par la chute du Mur qu’est née la démocratie béninoise, aujourd’hui une des plus crédibles d’Afrique francophone.

Que dire de la fin de l’Apartheid ? Certes, le régime ségrégationniste était déjà bien affaibli par les sanctions internationales. Mais il a fallu que surgisse, à Pretoria, un Gorbatchev sud-africain (Frederik De Klerk), pour faire comprendre aux siens que l’horizon était bouché pour tout système politique reposant sur l’oppression des hommes. Dans le sabordage de l’Apartheid, le premier acte posé par De Klerk est la libération de Nelson Mandela, en février 1990.

Voir cet homme sortir libre, après vingt-sept ans, sans avoir cédé sur une seule des revendications de son peuple, galvanise les foules, d’un bout à l’autre du continent.

Et c’est dans ce contexte que François Mitterrand tient, le 20 juin 1990, son fameux discours de La Baule, conditionnant le soutien et l’aide de la France à la démocratisation. Les populations africaines se sentent autorisées à défier les dictateurs, et cela fait quelques jolis dégâts.

Les conférences nationales se succèdent alors, avec plus ou moins de bonheur. Mobutu, Bongo, Houphouët-Boigny, Eyadéma, les plus redoutables des dinosaures parviennent à sauver leur peau. Mais au Bénin, en Centrafrique, au Congo Brazzaville, à Madagascar, au Mali et au Niger, les élections se soldent par une alternance. Un record, tout simplement inimaginable, aujourd’hui ! Et vingt ans après, tout cela laisse un amer goût de paradis perdus, avec de douloureuses désillusions.

Ce vingtième anniversaire de la chute du Mur aurait dû être une occasion, pour chaque peuple, d’apprécier ce qu’il a fait de ces vents favorables, qui étaient autant d’opportunités historiques ; de s’interroger sur sa capacité à saisir l’Âme du temps, non pas en singeant les autres, mais en s’inspirant de leurs expériences, pour tirer le meilleur de son génie propre.

C’est en cela que le silence de l’Afrique, à ce moment précis, est consternant.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.