Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

Nouvelles tensions sur le marché du riz

Audio

Sur le marché du riz, la tension est montée d’un cran suite à un appel d’offre lancé cette semaine par les Philippines.

Publicité

 

Manille souhaite importer 600 000 tonnes de riz pour une livraison échelonnée entre février et mai 2010. La quantité est énorme, c’est la plus importante jamais commandée en une fois par l’archipel. Les prix s’en ressentent déjà. Au Vietnam, le principal fournisseur du marché philippin, visiblement averti des intentions de son client, les prix grimpent, la tonne de riz a gagné 50 dollars en une dizaine de jours, passant de 420 à 470 dollars.

Cette commande intervient surtout sur un marché rendu nerveux par un autre appel d’offre, presque marginal en termes de quantité, 30 000 tonnes, mais lancé par un pays cardinal sur ce marché, l’Inde. L’Inde, le deuxième producteur de riz après la Chine, en importera cette année 1 à 3 millions de tonnes. L'Inde importe pour pallier le déficit engendré par une mousson décevante, tandis que les Philippines avancent et gonflent leur programme d’importation à cause des typhons qui ont endommagé la production locale.

Dans les deux cas, les Etats cherchent à maintenir leurs stocks de sécurité pour éviter des troubles sociaux mais il n’y a pas l’ombre d’une pénurie à l’horizon. Les deux grands exportateurs que sont la Thaïlande et le Vietnam ont largement de quoi répondre à ces nouveaux besoins exprimés. Bangkok, qui achète le riz à un prix de soutien, ne sait que faire des 7 millions de tonnes actuellement en stock alors qu’il lui faudra vider les silos pour rentrer la nouvelle récolte qui arrive.

Le Vietnam, lui, récoltera à partir de janvier et devra expédier au plus vite sa production car il ne dispose pas des moyens logistiques pour la conserver. Il est donc peu probable que la panique du printemps 2008 se répète. Les cours avaient alors dépassé la barre des 1 000 dollars la tonne sur le marché à terme de Chicago. Toutes les céréales flambaient, ce ne sera pas le cas cette année. La production des grandes cultures est pléthorique chez les principaux exportateurs, mais la tendance plutôt baissière sur ces marchés devrait limiter le potentiel de hausse du marché du riz.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.