Accéder au contenu principal
Le coq chante

Comment vivre dans une réserve naturelle ?

Audio 26:31
Carte des zones de protection de la réserve de la Pendjari.
Carte des zones de protection de la réserve de la Pendjari. T.K.Buttschardt/ Arli Natitingou 2003.

Publicité

Batia et la vingtaine de villages environnants sont situés dans la zone d’occupation contrôlée du parc national de la Pendjari au Bénin. Il se trouve que pour vivre au village, il faut du bois de chauffe, des plantes médicinales, cueillir des fruits de la forêt. Bref, il faut utiliser les ressources de la nature environnante. Dans un parc naturel, tout cela est impossible. Ce style de vie traditionnel se heurte à la conception d’une zone de protection de la nature. De plus, quand un espace aussi vaste qu’un parc naturel change de statut juridique et que son mode de gestion évolue, des villageois ne sont pas armés pour comprendre ce qui se joue. Le problème, c’est que le parc de la Pendjari n’a pas arrêté de changer. C’est ainsi qu’en 1986, le parc est devenu « réserve de biosphère ». En effet, cela signifie gérer le parc avec les populations.

Pour les villageois, la situation est nouvelle car c’était l’une des rares fois où on les écoutait. Toutefois, la question de la survie restait entière. Et la question concerne au premier chef les femmes, à la fois plus actives et plus vulnérables en milieu rural. Reportage d’Agnès Rougier dans le parc de la Pendjari dans le nord de la république du Bénin.

Invités :

Djafarou Ali Tiomoko, Directeur de la réserve de biosphère de la Pendjari
Manou Bandira, Secrétaire du groupement des femmes

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.