Accéder au contenu principal
Revue de presse Afrique

A la une : les négociations inter-guinéennes font du surplace

Audio

Publicité

C’est un véritable tollé sur les sites internet guinéens d’information : les dernières propositions du médiateur de la crise, Blaise Compaoré, soulèvent incompréhension et colère. « Personne n’imaginait que Compaoré soumettrait des propositions aussi favorables à la junte, fulmine GuinéeNews  : maintien de Dadis Camara au pouvoir, candidature (donc élection) du chef de la junte à la fin de la transition, etc. C’est comme si le président burkinabé ignorait que c’est contre cette candidature du putschiste au pouvoir en Guinée que ce même Dadis Camara a fait tuer plusieurs dizaines de nos compatriotes », s’exclame GuinéeNews.

Complicité entre Blaise et Dadis ?

« Transition : Blaise Compaoré propose la junte, l’opposition dit non ! », titre Guinée Conakry Infos, autre site d’information guinéen qui estime que « le dialogue de sourds semble avoir atteint son paroxysme en Guinée. »

Le site Aminata, pour sa part, constate que « la classe politique, les syndicalistes, ainsi que les acteurs du Conseil national des organisations de la société civile ont rejeté en bloc les propositions du médiateur. Les Forces vives estiment que le départ de la junte du pouvoir est un point non négociable. » Et Aminata d’affirmer qu’il y aurait une forme de « complicité entre Blaise et Dadis, sinon, explique-t-il, l’absurdité des points proposés par le médiateur est telle que si les Forces vives avaient accepté, c’est tout le peuple de Guinée qui aurait refusé. »

Dans la presse burkinabé, le ton est plus mesuré. Toutefois, L’Observateur  reconnaît que le projet d’accord politique global concocté par le président Compaoré s’avère être « du miel pour le CNDD et du fiel pour les Forces vives. »

« Les Forces vives qui vont remettre leurs contre-propositions aujourd’hui », souligne Le Pays, toujours au Burkina. Parmi ces contre-propositions : « la non-candidature du capitaine Dadis Camara et de tout autre membre du CNDD aux élections, ne pas mettre à la tête de la transition un chef de l’Etat, et revoir la composition du futur gouvernement d’union nationale, qui ne se composerait que d’un tiers des Forces vives. »

Comment arriver à un compromis ?

« La Guinée à la croisée des chemins », constate le site d’information burkinabé Fasozine. Fasozine qui s’interroge : « Blaise Compaoré saura-t-il redistribuer les cartes pour arracher un compromis de sortie de crise ? (…) En endossant, a priori, la disqualification de Moussa Dadis Camara et de la junte dans la conduite de la transition, la communauté internationale avait pour ainsi dire donné caution et espoir aux revendications de l’opposition guinéenne, constate Fasozine. Mais comment à présent obtenir un compromis politique (…) ? Il est clair que les tenants actuels du pouvoir ne lâcheront pas le morceau (…), d’autant que le premier mémorandum du facilitateur les conforte dans leur position. »

Et ça continue…

Algérie-Egypte… Le match se poursuit dans les coulisses médiatiques et diplomatiques, avec toujours la même intensité. Les médias algériens tirent à boulets rouges encore ce lundi sur leurs confrères égyptiens, les accusant d’entretenir la polémique et de relayer les accusations du pouvoir. « Après le fils qui a traité les Algériens de – mercenaires – et de – terroristes –, s’indigne Le Quotidien d’Oran, c’est au tour d’Hosni Moubarak d’apporter sa contribution publique à la troisième mi-temps médiatique que les Egyptiens veulent imposer après la défaite de leur équipe sur le terrain. »

Dans un discours avant-hier devant les députés, le président égyptien, sans jamais citer l’Algérie, a notamment affirmé que « l’Egypte ne fera pas preuve de laxisme envers ceux qui portent atteinte à la dignité de ses citoyens. » Un discours qui a suscité les foudres donc des journaux algériens. El Watan parle « d’hystérie politico-médiatique égyptienne. (…) En parfait stratège, le président Moubarak tente par tous les moyens de faire accepter l’idée d’imposer son fils comme successeur légitime. Une qualification de l’Egypte pour le Mondial 2011 aurait certainement favorisé cette entreprise, affirme El Watan. Et c’est sans doute la raison pour laquelle le président égyptien, poursuit-il, a vécu cette défaite comme un drame personnel. »

De son côté, le quotidien Liberté adresse un coup de chapeau aux Algériens dans leur ensemble, qui, écrit-il, « se sont bien défendus face à l’agression égyptienne. Avec des excès parfois, certes, reconnaît-il, mais excusables parce que sans commune mesure avec la vulgarité de la campagne injurieuse coordonnée par les autorités égyptiennes et leurs réseaux audiovisuels. »

Kadidia à l’honneur !

Enfin, d’après le portail d’information malien Maliweb,  l’article le plus lu et le plus commenté ces derniers jours est une simple dépêche sur… l’élection de Miss Mali ! Les concours de beauté sont toujours très suivis par les journaux du continent, car apparemment, ils sont appréciés des lecteurs. Ce concours de Miss Mali, organisé par l’ORTM, l’Office des radios et télévision du Mali, ne fait pas exception. Ainsi on apprend que la lauréate 2010 s’appelle Kadidia : 19 ans, 1,75 m, 50 kilos. Elle a reçu un chèque d’un million et demi de FCFA et divers cadeaux. Et bien évidemment, sa photo est dans de nombreux journaux. Là aussi, il y a fort à parier que c’est en ce moment la photo la plus regardée…

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.