Accéder au contenu principal
Cinéma d'aujourd'hui, Cinéma sans frontières

2. Cinéma sans frontières : Claire Simon, entre documentaires et fictions…

Audio 26:31
Shellac

Publicité

Après une petite dizaine de courts-métrages réalisés dans les années 80, Claire Simon découvre la pratique du cinéma direct aux Ateliers Varan. Elle réalise alors plusieurs films documentairesLes Patients (1989), Récréations (1992) et Coûte que coûte (1995), primés dans de nombreux festivals.

En sortant en salles, Récréations (tourné en 1992, dans une cour d’école) et Coûte que coûte (tourné en 1995, dans une petite entreprise artisanale de plats cuisinés, en pleine faillite), la cinéaste indépendante incarne l’émergence d’une nouvelle école documentaire dans le cinéma français.
En 1997, elle présente à la Quinzaine des Réalisateurs Sinon oui. Ce premier long métrage de fiction raconte l’histoire d’une femme qui simule une grossesse et vole un enfant.
Après un passage par la télévision et le théâtre, Claire Simon renoue avec le documentaire en tournant 800km De différence / Romance dans lequel elle suit les tribulations amoureuses de sa fille Manon.
En 2006, son deuxième long métrage Ça brûle est présenté au festival de Cannes. Une fois de plus, elle y met en scène des amours adolescentes, cette fois-ci, contrariées…
Son dernier long-métrage, Les bureaux de Dieu (2008), déroule avec beaucoup de sensibilité le quotidien d’un bureau du planning familial…

Claire Simon, entre documentaires et fictions, nous fait cheminer dans son univers féminin, féministe et très justement, humaniste… Visite guidée.

Rencontre avec Claire SIMON. Un entretien réalisé par Bahia Allouache.

DVD :
Les bureaux de Dieu (éditions Shellac)

 

Ça brûle / 800km De différence - Romance  (double-dvd Fiction/documentaire, éditions Shellac)
Sinon oui / Coûte que coûte (double-dvd Fiction/documentaire, éditions Shellac)
 

 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.