Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

Tensions électriques en France

Audio 01:56

Avec le thermomètre qui baisse, la France connaît cette semaine un nouveau pic de consommation d’électricité. Une tension visible sur le marché européen de l’électricité.

Publicité

L’électricité française est en ce moment la plus chère de l’Union européenne alors qu’en moyenne annuelle c’est de loin la meilleure marché. En une semaine le prix du mégawatheure côté à Paris à la bourse européenne de l’électricité, a grimpé de 41 à plus de 70 euros pour la journée d’hier. Aujourd’hui il vaut 66 euros.

Paradoxe, c’est grâce à son parc nucléaire que la France s’enorgueillit de produire l’électricité la moins chère du continent, et c’est à cause de cette technologie rigide et visiblement pas suffisamment entretenue qu’elle a du mal à réagir quand la demande s’emballe.

L’exception française c’est aussi un suréquipement en chauffage électrique qui s’avère ultra gourmand quand le thermomètre descend en-dessous de 0°C comme c’est le cas en ce moment. Malgré cette particularité si pénalisante dans un climat continental, les capacités françaises sont conséquentes. Elles dépassent largement le pic de consommation enregistré aujourd’hui. Mais ce n’est pas forcément le choix le plus économique de démarrer des turbines à gaz pour pallier les défaillances des centrales nucléaires actuellement en maintenance. C’est pourquoi EDF préfère recourir à l’importation. En ce moment le mégawhatheure vaut moins de 50 euros sur le marché allemand. La France a donc tout intérêt à importer plutôt que de produire à un coût marginal supérieur. D’où le volume extrêmement élevé d’importation annoncé pour ce jeudi. Un volume qui correspond à la production de 7 réacteurs nucléaires. Le parc en comptant au total 58. C’est impressionnant mais à relativiser.

Globalement la France est un pays exportateur net d’électricité. Reste à améliorer le dispositif d’interconnexion pour répondre aux pointes de consommation. Ou bien envisager des solutions alternatives. Le développement des énergies renouvelables comme le font à grande échelle l’Espagne et l’Allemagne, ou encore mieux consommer moins en changeant par exemple de mode de chauffage.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.