Accéder au contenu principal
Mémoire d'un continent

Migration, consécration et disqualification : Les étudiants congolais en France

Audio 19:30
29 octobre 2010. Brazzaville, square Charles-de-Gaulle. Jérémie Andzembe, élève congolais de St-Cyr, salue les anciens combattants de l'armée française, à l'issue d'une cérémonie en hommage au général de Gaulle.
29 octobre 2010. Brazzaville, square Charles-de-Gaulle. Jérémie Andzembe, élève congolais de St-Cyr, salue les anciens combattants de l'armée française, à l'issue d'une cérémonie en hommage au général de Gaulle. © RFI/Marion Urban

Dans les débats sur les mouvements migratoires entre l’Afrique et la France, on oublie souvent la catégorie des étudiants dont beaucoup, leurs études en France terminées, ont occupé chez eux des fonctions importantes, jusqu’à celle de chefs d’Etat. Le cas du Congo Brazzaville est significatif des transformations de cette migration particulière. Instituée au départ, d’un commun accord, par les gouvernements congolais et français et longtemps identifiée à la voie royale de la consécration sociale, celle-ci est devenue une impasse conduisant à la disqualification. Un tournant décisif, à partir de 1986, directement lié aux programmes d’ajustement structurel et avec la longue crise politique du Congo.

Publicité

Avec : Jean-Yves Blum Le Coat, docteur en sociologie.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.