Accéder au contenu principal
La marche du monde

1 - Saint-Louis du Sénégal, La Nouvelle Orléans : deux villes en miroir

Audio 19:30
De g. à d. : Cécile Vidal, Ibrahima Thioub, Valérie Nivelon et Emily Clarck.
De g. à d. : Cécile Vidal, Ibrahima Thioub, Valérie Nivelon et Emily Clarck. RFI

Un titre évocateur pour un colloque inédit dont RFI est le partenaire exclusif.C’est, en effet, la première fois que les villes de Saint-Louis et de la Nouvelle-Orléans sont étudiées dans une perspective d’histoire comparée du XVIIème au XXIème siècle. Cette année à Saint-Louis, à l’Université Gaston Berger, et l’année prochaine à Tulane University à la Nouvelle-Orléans, une trentaine de chercheurs américains, français et sénégalais, sont réunis pour réfléchir aux convergences, mais aussi aux divergences de ces deux cités portuaires.

Publicité

Fondées respectivement en 1659 et en 1718 à proximité de l’embouchure des fleuves Sénégal et Mississippi, Saint-Louis et La Nouvelle-Orléans sont deux villes repaires pour le monde atlantique, la diaspora africaine et l’empire français du XVIIème au XXIème siècle. Elles partagent une histoire commune autour de la traite, de l’esclavage, de la colonisation française et de leurs héritages. 

Pour ce premier opus saint louisien, du 4 au 7 juin 2012, la Marche du monde a monté son studio sur les rives du fleuve, et a reçu Emily Clark, Ibrahima Thioub et Cécile Vidal, les trois historiens à l’initiative de ce projet… Au son de la ville de Saint-Louis et du blues, Valérie Nivelon vous invite à partager une histoire commune où la musique tient une place essentielle comme l’expriment Demma Dia, joueur de xalam traditionnel et originaire de Njum Waalo, dans le delta intérieur du Sénégal, ainsi que Vieux Mac Faye, guitariste de jazz sénégalais, avec son groupe, et Larry Garner, guitariste de blues louisianais. Après des entretiens et des démonstrations musicales, lors de la dernière séance du colloque, ils ont donné ensemble le concert de clôture. 

En travaillant sur l’histoire des relations afro-américaines à Saint-Louis, nous avons retrouvé la voix d’une diva du blues qui nous a quittés, il y a tout juste dix ans, cette année : Aminata Fall. Nous partons sur ses traces dans le quartier des pêcheurs de Guet’n’dar, jusque dans sa maison familiale…

« Quand j’entends dire que le jazz vient d’Amérique, je suis outrée, car le jazz vient d’Afrique », affirmait avec conviction Aminata.

Un point de vue, entendu, compris, mais discuté, vous allez l’entendre par les chercheurs ! 

A lire :

- Saint-Louis du Sénégal de Jean-Pierre Dozon, aux éditions Karthala

- Des vies en musique, coordonné par Sara Le Ménestrel, aux éditions Hermann. 

- Lire l'article de RFI Musique «Saint-Louis du Sénégal, La Nouvelle Orléans, deux villes en miroir», cliquez ici.

A voir :

- Blues pour une diva par Moussa Sene Absa

Lien : http://www.lalanterne.fr/FR/catalogue/film.php?film_id=61

Playlist :

- Pape Fall en concert au «Flamingo» à St-Louis du Sénégal, le 6 juin 2012
- Aminata Fall «Yaye Boye» de la compilation Dakar'92 éditée par le Centre culturel français de Dakar et Revue Noire,1992
- Les Frères Dia en concert à l'Université Gaston Berger (UGB) de St-Louis du Sénégal, le 7 juin 2012
- Larry Gardner «It's killing me» et «Miss Boss» en concert à l'UGB de St-Louis du Sénégal, le 7 juin 2012
- Vieux Mac Faye «Black Magic Woman» (de Peter Green) en concert à l'UGB de St-Louis du Sénégal, le 7 juin 2012
- Extraits musicaux et d'entretiens du film «Blues pour une Diva» de Moussa Sene Absa sur Aminata Fall.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.