Accéder au contenu principal
Revue de presse française

A la Une : la dernière offensive du général Hiver

Audio 04:48

Publicité

« La neige met la France en boule », s’exclame le quotidien gratuit Métro. « Une partie du pays a vécu une journée de galère, hier, en raison de chutes de neige exceptionnelles. » « Blanche Neige et les galériens », renchérit l’autre gratuit, 20 Minutes. « L’enfer blanc », s’exclame Le Courier Picard. « L’hiver en remet une couche », lance Sud Ouest. « La pagaille ! », déplore Le Télégramme.

Une pagaille qui, par parenthèse, touche même la livraison des journaux ce matin.
Alors, « pouvait-on éviter ça ? », s’interroge Le Parisien. « Aujourd’hui, constate le journal, même si la neige doit cesser de tomber, la situation ne devrait guère s’améliorer. Pis, avec les températures négatives prévues ce matin sur la moitié nord du pays, les routes menacent de geler. Pour faire face aux conséquences de cette crise climatique, une cellule interministérielle a été mise en place hier matin. 12.400 pompiers, policiers et gendarmes ont été mobilisés. 'Tous les moyens de l’Etat sont engagés', a assuré Manuel Valls, ministre de l’Intérieur. Mais pas assez à en croire l’opposition, constate Le Parisien. Valérie Pécresse, chef de file UMP au conseil régional Ile-de-France, a dénoncé une situation de 'chaos' et réclamé une commission d’enquête sur les défaillances du Syndicat des transports franciliens. »
En tout cas, « à chaque fois, c’est la même histoire, relève pour sa part Le Figaro. Que ce soit en plein cœur de l’hiver, comme en décembre 2010 où les aéroports parisiens furent bloqués pendant une dizaine de jours, ou à l’orée du printemps, comme en ce début de semaine, la neige sème la pagaille dans les grandes villes et les régions de plaine où les populations et les pouvoirs publics, peu aguerris, se laissent le plus souvent surprendre. »
 
Consommateur responsable ?

A la Une également, Libération remet le couvert à propos du scandale des lasagnes au cheval… « Les plats cuisinés à l’abattoir », titre Libération qui constate que « depuis le scandale, les ventes chutent, plongeant une partie du secteur agroalimentaire dans la crise. »
En effet, commente le journal, « ces lasagnes composées de 'minerai', comme le disent élégamment les professionnels de la viande pour parler de ces sacs informes faits de graisse, os et bas morceaux qui font notre ordinaire, passent mal. Elles questionnent nos habitudes alimentaires et nos modes de vie, notre complicité aussi à accepter ce que chacun sait être une imposture noyée dans une sauce non identifiée. Bien sûr, poursuit Libération, toute la filière est aussi responsable de cette tromperie : producteurs de viande, traders, fabricants de plats cuisinés et marques qui les commercialisent sans vergogne ni contrôle. Mais, en bout de chaîne, le consommateur peut être maître de ce qu’il achète, prépare et mange, estime le journal. Il doit accepter les saisons et le calendrier des légumes, des fruits et des fromages. Une recette ne peut se résumer au temps de cuisson dans un micro-ondes d’un plat dont l’emballage déjà inspire un haut-le-cœur. » Et Libération de conclure en citant Balzac : « nous ne connaissons point d’homme qui se soit encore attristé pendant la digestion d’un bon dîner. »

Hollande toujours plus bas…

Le Figaro pour sa part poursuit sa fronde anti-Hollande… Après « Hollande piégé par la panne de croissance », ce week-end, après « Hollande dans la spirale de l’impopularité », lundi, voici ce mercredi, « Hollande, rien ne va plus ».
Le Figaro estime que « pour le chef de l’État, la reconquête de l’opinion sera longue. Tous les indicateurs sont au rouge, le PS doute, et sa cote de popularité ne cesse de plonger. »
Et le quotidien d’opposition de s’appuyer sur un récent sondage Ifop-Paris Match qui indique que « dix mois après sa défaite, Nicolas Sarkozy repasse devant François Hollande. Dans le duel des personnalités préférées, le match opposant l’actuel et l’ancien président tourne au profit de Nicolas Sarkozy, constate donc Le Figaro, avec 53 % de réponses en sa faveur contre 44 % pour François Hollande. »
Il est vrai, relève Ouest-France, que « l’opinion est déboussolée par une gauche qui protestait, hier, contre la TVA sociale, et qui applique, après bien des contorsions, un crédit d’impôt qui vaut son pesant de libéralisme. Elle est déconcertée par un PS qui appelait à manifester contre la réforme des retraites et qui admet, aujourd’hui, qu’il faudra cotiser plus longtemps. (…) Ces changements de cap, la cacophonie fiscale qui donne l’impression, chaque matin au réveil, que l’on va encore payer cinq milliards de plus, minent le moral, estime Ouest-France, et créent de l’attentisme. »

Mirage ?

Enfin dans Le Monde, cette double-page sur les « pionniers du schiste au Dakota ». Le Monde nous emmène dans les plaines du nord des Etats-Unis, dans la petite ville de Williston, où « en quelques années, gaz et pétrole de schiste ont drainé des milliers d'Américains. La bourgade est devenue un eldorado où l’on trime dur. » Mais attention à ce qui pourrait être un mirage, prévient Le Monde : « l’euphorie pourrait être de courte durée. Sous la pression du lobby pétrolier, les réserves et les profits pourraient avoir été surestimés… et les risques sous-estimés. L’éclatement de la bulle des gaz de schiste menacerait les nouveaux eldorados. Retomberait alors la fièvre qui saisit les étendues glacées de Williston, Dakota du Nord. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.